Conseils et analyses

Faire face au harcèlement en mode Rocky Balboa

2023-10-05T12:08:59+02:00Conseils et analyses|

Faire face au harcèlement en mode Rocky est vraiment à déconseiller car la meilleure chose à faire dans un milieu toxique est de fuir. Pour diverses raisons, il se peut que ce ne soit pas une solution envisageable ou qui colle à votre personnalité.
Une autre solution est que dès les premiers symptômes de somatisation, vous alliez voir votre médecin et que celui-ci décide de vous mettre sous certificat médical. Là encore, cela peut ne pas cadrer avec la personnalité de tout le monde.
Ici, je vais vous parler du mode Rocky : vous en prenez plein la figure pendant un temps indéfini (qui semble infini) en espérant gagner à la fin.

A quoi s’attendre quand on fait face au harcèlement ?

femme fait face harcelement travail Si vous décidez de faire face au harcèlement, vous vous engagez dans un véritable bras de fer, un combat. Vous devez être prêt à encaisser beaucoup d’agressions et d’actes abusifs pendant longtemps

Les harceleurs peuvent être très intelligents

  • Dans leurs comportements déviants, en général, les harceleurs sont très forts pour rendre impossible à leurs victimes de prouver quoique ce soit :
  • ils procèdent en cachette,
  • ils manipulent des tiers ou des collègues,
  • ils agissent sous couvert de l’anonymat,
  • ils tendent des pièges,
  • etc.

Leurs actes abusifs sont pensés et quand ils sont plusieurs ils sont organisés. Certains créent même de groupe sur des messageries comme WhatsApp pour organiser le harcèlement.

Le ou les harceleurs ne s’arrêtent jamais

Le harcèlement n’est pas toujours volontaire. Si une personne a un état d’esprit bienveillant, elle pourra essayer de se corriger si on lui fait remarquer des erreurs de comportement. Si le harcèlement est le fait d’une personne au comportement pervers, comme c’est le cas de la triade noire, jamais il ou elle ne s’arrêtera. Ce sera littéralement cette personne ou vous mais il ne devra en rester qu’un à la fin (tiens une autre référence cinématographique).

Soyez conscient quand vous vous engagez à essayer de faire face au harcèlement, cela durera jusqu’à ce que vous craquiez ou que vous parveniez à confondre le ou les harceleurs.

Les harceleurs se posent en victime

Les harceleurs méprisent leurs victimes et à leurs yeux, elles n’ont aucun droit. Faire face au processus de harcèlement, c’est aussi affirmer et réaffirmer ses droits. Comme le § suivant l’explique, il faut le faire de façon posée et ne pas se laisser envahir par ses émotions.

Si vos droits (ou le droit), signalez-le à votre agresseur mais aussi utilisez les procédures légales (qui sont parfois inefficientes mais il faut le faire malgré tout).

Les harceleurs vont alors affirmer que c’est vous qui les harcelez. Ils vont dire que vous les diffamer. Il est essentiel de toujours qualifier les actes et jamais les personnes. Quand vous vous plaignez à une autorité de contrôle, par exemple ne dites jamais c’est un menteur, dites il a altéré la vérité.

Vous devez juste être préparé au fait que si vous êtes prêt à faire face au harcèlement, vous serez probablement accusé de harcèlement vous-même.

Les harceleurs vont vous pousser à la faute

La pire des choses pour un harceleur ou une harceleuse est de vous voir rester debout et digne. Leur but est de vous détruire. Pour ce faire tous les coups sont permis.
Si vous voulez remporter le combat final, vous devez garder à l’esprit une chose essentielle : NE VOUS METTEZ JAMAIS DANS VOTRE TORT !

Si vous commettez la moindre erreur, ils vont s’engouffrer dedans. Vous allez subir des provocations, des pièges vous seront tendus, vos nerfs seront soumis à rude épreuve mais surtout, face à eux, ne commettez pas d’erreur. Ne vous énervez pas, ne les insultez pas, ne vous mettez pas à leur niveau, rien de tout cela, encaissez, encaissez et encaissez encore. C’est dur, vous allez y laisser la santé mais si vous avez fait le choix de faire face, il faut en passer par là.
La plupart des gens ont vu la saga de Rocky Balboa. C’est là qu’intervient l’allégorie avec Rocky, et plus exactement l’opus deux de la saga. C’est à la fin de cet épisode que Rocky gagne son combat contre Apolo Creed. Il gagne certes, mais que n’a-t-il pas encaisser pendant 15 rounds. Sa capacité à encaisser les coups lui a permis d’épuiser son adversaire et dans un effort surhumain, il a réussi à le mettre KO.

Les harceleurs vont vous haïr de plus en plus

Il est difficile pour des personnes normales de se représenter le fonctionnement de harceleurs. Essayons toutefois de nous poser la question : dans quel état d’esprit peut se trouver une personne qui déploie des efforts pour détruire ou anéantir quelqu’un et que malgré tous ses efforts, cela ne marche pas ?

Cela risque probablement de devenir énervant dans leur chef. Donc, le fait de ne pas commettre d’erreur va rendre vos harceleurs de plus en plus hostiles car ne pas arriver à leurs fins, déclenchent chez eux une haine féroce envers vous.
Il est alors probable que du processus de harcèlement plus insidieux ou qui se faisait par personnes interposées ou tout autre moyen qui rende difficile de prouver le harcèlement, les harceleurs se contrôlent moins et commencent à avancer à visage découvert.

Les harceleurs finissent par commettre des erreurs

homme fait face harcelement travail Le fait d’avancer à visage découvert et d’entrer dans un processus moins calculé et donc plus émotionnel va faire changer la tournure du harcèlement. Les actes abusifs vont se faire plus nombreux et plus rapprochés mais cela sera donc moins pensé.

Ce sera pendant cette période que la victime pourra accumuler des preuves. Si concomitamment, des plaintes sont déposées que ce soit par la victime ou par les harceleurs qui se font passer pour des victimes, les déclarations faites dans le cadre de ces plaintes vont très probablement laisser apparaître des fausses déclarations, des contradictions, etc.

Pour autant que le justice fonctionne, ce seront des éléments précieux pour vous gagner comme Rocky l’a fait.

Sachez aussi que plus il y a de personnes participants à votre harcèlement, plus il est probable qu’elles se contredisent à un moment ou un autre. Toutes ne seront pas aussi intelligentes que les pire.
Il est compliqué pour une personne de vivre dans le mensonge alors pour un groupe de personnes, c’est impossible. Vous devez tenir compte de ce paramètre.

Vous allez laisser votre santé en faisant face au harcèlement

Ce qui vous est décrit ci-dessus peut durer des années. Pendant ce temps, votre organisme encaissera et vous en sortirez détruit mentalement, physiquement et peut-être même financièrement.

Toute personne, même celles qui sont fortes, devrait donc avant tout éviter d’affronter des harceleurs et fuir. Une fois que vous êtes en mode Rocky, pas question d’abandonner, ce qui Sylvester Stallone s’est toujours refusé à faire.

Allez-vous gagner et être reconnue ou reconnu comme harcelé ?

Nous ne sommes pas dans un film américain avec un happy end. Nous sommes dans le crue réalité de la justice en France ou en Belgique. Il est probable que vous réussissiez à faire commettre des erreurs par les harceleurs mais ce n’est pas certains. Non seulement le choix de faire face au harcèlement va vous atteindre à de nombreux points de vue mais l’issue est incertaine.

 

 

 

Le faux en écritures, un moyen pour avoir justice en cas de harcèlement ?

2023-03-10T20:46:41+01:00Conseils et analyses|

Le harceleur est souvent un manipulateur et il n’est pas rare qu’il mente. Il a souvent réussi a rassembler autour de sa personne des complices qui l’aident activement ou passivement à harceler ses victimes.

En Belgique, toute personne qui s’estime harcelée peut entamer une demande d’intervention formelle. Ne vous faites pas d’illusion, dans la plupart des cas cela ne mettra pas fin au harcèlement .. pire, cela va renforcer votre harceleur ! Mais l’ « avis » et les recommandations sont regroupés dans un document qu’il peut être utile de consulter car il peut contenir des faux en écritures. Les textes légaux prévoient que vous ne pouvez avoir l’avis que si vous avez l’intention d’entamer une procédure judiciaire. Donc, pour l’obtenir, contactez votre employeur et demandez l’avis en vue d’une telle procédure. Si votre employeur fait obstruction, contactez le Contrôle du Bien-être au travail de votre région.

Harcèlement et faux en écriture

Le harceleur adore la communication orale car il peut toujours mentir et nier ce qui lui est reproché. De même, si la personne harcelée ne sait pas prouver avec des écrits les faits de harcèlement, elle est à la merci de témoins… et quand vous êtes harcelé, il est compliqué d’avoir des personnes qui témoignent pour vous tandis que les témoignages pour le harceleur vont se bousculer au portillon. Souvent le harceleur a un ascendant hiérarchique et se faire complice laisse entrevoir des avantages divers que ce soit au niveau des promotions, des horaires de travail, etc.

Mentir n’est hélas pas un délit … par contre le faux en écriture en est un !

La nuance est la suivante :

faux-ecritures-harcelementUne personne, disons Mr X, dit Madame UneTelle a fait cela et ce n’est pas vrai.

  • Si un écrit dit Mr X a déclaré que Mme UneTelle a fait cela, il ne peut pas s’agir d’un faux.
  • Par contre si, l’auteur de l’écrit rédige en se basant sur le témoignage : Madame une Telle a fait cela, cela constitue un faux, à condition de pouvoir prouver l’altération de la vérité bien sûr.

Dans le code pénal en Belgique, divers articles sont consacrés aux FAUX.

  • Article 193 : « Le faux commis en écritures,en informatique ou dans les dépêches télégraphiques, avec une intention frauduleuse ou à dessein de nuire, sera puni conformément aux articles suivants.« 

  • Article 194 : « Tout fonctionnaire ou officier public qui, dans l’exercice de ses fonctions, aura commis un faux,Soit par fausses signatures,Soit par altération des actes, écritures ou signatures,Soit par supposition de personnes,Soit par des écritures faites ou intercalées sur des registres ou d’autres actes publics, depuis leur confection ou clôture,Sera puni de la réclusion de dix ans à quinze ans.« 

  • Article 195 : « Sera puni de la réclusion de dix ans à quinze ans, tout fonctionnaire ou officier public qui, en rédigeant des actes de son ministère, en aura dénaturé la substance ou les circonstances,Soit en écrivant des conventions autres que celles qui auraient été tracées ou dictées par les parties,Soit en constatant comme vrais des faits qui ne l’étaient pas.« 

  • Article 196 : « Seront punies de réclusion de cinq ans à dix ans les autres personnes qui auront commis un faux en écritures authentiques et publiques, et toutes personnes qui auront commis un faux en écritures de commerce, de banque ou en écritures privées,Soit par fausses signatures,Soit par contrefaçon ou altération d’écritures ou de signatures,Soit par fabrication de conventions, dispositions, obligations ou décharges ou par leur insertion après coup dans les actes,Soit par addition ou altération de clauses, de déclarations ou de faits que ces actes avaient pour objet de recevoir ou de constater.« 

Voici quelques informations :

Le faux peut aussi être intellectuel. Chacun matérialise le faux comme étant une fausse signature, surcharger un document, ajouter une clause, etc. Mais il existe aussi le faux intellectuel qui constitue une altération de la vérité. Si une personne met sur papier des choses qui sont contraire à la vérité, c’est une altération de la vérité.

Selon la situation et la qualité de la personne, le faux peut être qualifié différemment. Si c’est un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions, cela peut être un faux en écritures publiques et authentiques, si c’est dans un contexte qui n’est ni celui de la fonction publique, ni celui du commerce (fausse facture par exemple), nous pourrions être en présence d’un faux en écritures privées.

Comme le harcèlement est rarement reconnu et qu’il peut arriver que les harceleurs pour se disculper aient recours à des faux en écritures, cela peut être un moyen de défense pour les nombreuses personnes harcelées.

L’usage du faux par vos harceleurs

plainte faux en écritureL’article 197 du code pénal dit que « Dans tous les cas exprimés dans la présente section, celui qui aura fait usage de l’acte faux ou de la pièce fausse sera puni comme s’il était l’auteur du faux. »

Cela signifie que celui ou celle qui se sert du faux s’expose aussi à des sanctions pénales. Il est courant que le harceleur se serve de faux témoignages (écrits) ou de faux rapports ou avis. donc même si le faux n’a pas été établi par le harceleur, il est possible que le délit sont aussi avéré s’il s’en sert.

Soyez donc attentifs à distinguer le faux témoignage du faux en écriture ! Et si vous en constatez, réfléchissez à la pertinence d’aller en justice en portant plainte simplement à la police, ce qui est plus simple qu’au tribunal du travail !

Votre harceleur vous fait dormir dans le lit de Procuste

2023-03-10T20:35:11+01:00Conseils et analyses|

Souvent quand on est harcelé, on se demande : Pourquoi moi ? Une des explications est que, le ou les pervers, qui vous harcèlent, soient à l’image de Procuste le fils de Poseïdon. Explications !

Qu’est-ce que « Dormir dans le lit de Procuste » ?

harcelement-lit-procuste

source Marie-Lan Nguyen (User:Jastrow), 2007

Procuste fils de Poseïdon était en apparence serviable et gentil. Il était un fervent défenseur de l’égalité et nourrissait une haine féroce pour toute personne trop grande ou trop petite.

Il capturait donc des voyageurs qu’il installait dans son lit…. un peu comme sur la table de Dexter !

Le sort qu’il réservait à toute personne trop petite par rapport au lit était de la désarticuler afin de tirer sur ses membres pour qu’elle attrape une taille qui lui paraissait être dans le norme. Les plus grands, dont les membres dépassaient du lit, n’avaient pas un sort plus enviable, en effet Procuste coupait tous les membres qui dépassaient.

L’expression faire un lit de Procuste signifie donc des tentatives de standardiser tout le monde !

Les milieux où le conformisme règne le terreau pour faire un lit de Procuste

Dans certains milieux professionnels, le conformisme est mis d’application par tous les petits chefs et directeurs qui se prennent pour des Procustes.

En aucun cas, ils ne tolèrent des personnes qui dénotent. Si vous êtes dynamique, que vous êtes enthousiaste, que vous développez des projets et que vous êtes dans un environnement conformiste, tôt ou tard il est probable que l’on vous prépare un lit de Procuste. Mais pourquoi allez-vous dire ?

Si personne ne fait rien, il suffit qu’une seule personne travaille pour que cela se remarque

Chacun sait ou devine que dans certains milieux professionnels, les gens sont là pour regarder le temps s’écouler et recevoir son salaire à la fin du mois. Ces milieux sont composés de gens qui font semblant de s’agiter et qui, comble du ridicule, se plaignent d’être surmenés, alors qu’en réalité ils ne font rien, voire rien d’utile.

Ils font juste semblant et se donnent l’importance qu’ils pensent mériter. Bien souvent leur hiérarchie est issue du même sérail et tout ce petit monde s’entend à merveille.

Mais quand arrive, un nouveau membre du groupe social et que ce dernier s’implique s’engage et travaille, le contraste devient évident et la mascarade se fait jour.

Le « déviant » fini toujours dans le lit de Procuste

Cette personne devient alors la cible de tous, tant de la direction qui était bien flattée par une petite cours de gens oisifs que du troupeau de flatteurs qui vantent les mérites de la dite Direction. Un groupe se constitue alors pour éliminer l’intrus ou l’intruse.

Tout les moyens sont alors bons pour couper les membres de la personne harcelée qui se retrouve dans un lit de Procuste :

  • le dénigrement,
  • les agressions,
  • les remarques injustifiées,
  • les tâches inutiles,
  • etc.

Le groupe social uni se ligue contre l’intru qui est venu montrer que l’on pouvait réellement travailler et qui par ce fait a mis, bien involontairement, en évidence les carences de ses collègues et directeurs !

Le reflet de leur médiocrité

Vous connaissez surement des personnes qui vont toujours tout faire mais ne réalisent jamais rien. Le genre d’individus qui parlent beaucoup mais qui agissent peu.

Ces personnes se voient réaliser de grandes choses mais leur oisiveté les en empêche. Quand quelqu’un d’autre fait ce dont elles ont rêvé, cela les rend très mal à l’aise. Elles se mettent à envier la personne qui fait et elles supportent mal le contraste entre ce qu’elles voudraient faire ou être et leur réalité.

S’en suit une haine féroce qui s’établit contre la personne qui devrait servir d’exemple mais devient plutôt une cible de faits constitutifs de harcèlement.

Conclusion

Il est certain que parmi les lecteurs et lectrices du site, un nombre non négligeable a déjà du dormir dans un lit de Procuste. Si c’est le cas, l’environnement est tellement nécrosé que le harcèlement devient systémique vis à vis de ce type de profil. Pour s’en protéger, deux solutions : soit essayer de se détacher et relativiser, mais ce n’est pas souvent dans le caractère d’une personne impliquée, soit fuir car il est impossible de faire changer ces environnements toxiques où le harcèlement est systémique envers les personnes qui n’ont pas la « bonne taille ».

Le racisme dans l’enseignement et le monde professionnel ! Quand c’est plus facile de ne rien voir

2023-03-12T14:30:58+01:00Conseils et analyses|

En ce 21 mars, journée mondiale de la lutte contre le racisme, il est primordial d’être attentif lorsque nous y sommes confrontés à des faits pouvant en présumer. Dans chaque pays des lois ont été votées afin de sanctionner le racisme comme il se doit. Malgré tout, il existe encore trop de comportements racistes dans le monde professionnel mais aussi dans l’enseignement.

Les textes légaux contre le racisme en Belgique

21-mars-journee-lutte-racismeDivers textes légaux encadrent les actes de discrimination basés sur une prétendue race en Belgique :

  • Loi du 30 juillet 1981 tendant à réprimer certains actes inspirés par le racisme ou la xénophobie
  • La loi tendant à lutter contre certaines formes de discrimination du 10 MAI 2007 et mise à jour le 21-05-2019
  • Décret relatif à la lutte contre certaines formes de discrimination du 12 décembre 2008

Il est important de souligner qu’en matière de discrimination sur base d’un critère protégé que sont : la prétendue race, le handicap, le genre, les préférences sexuelles, … la charge de la preuve est inversée. Cela signifie que lorsque qu’un faisceau de présomptions est constitué, les auteurs des faits doivent prouver qu’ils n’ont pas agit avec des motifs discriminatoires.

Un travailleur qui se fait harceler dans un contexte de discrimination peut prétendre à une indemnisation doublée si il porte plainte pour harcèlement moral devant le tribunal du travail.

Les textes légaux contre le racisme en France

En France, les actes de discrimination basés sur une prétendue race sont encadrés par plusieurs textes légaux, notamment :

  • La loi n° 2001-1066 du 16 novembre 2001 relative à la lutte contre les discriminations : cette loi introduit dans le Code pénal un article 225-1 qui prévoit que « constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques sur le fondement de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une prétendue race ou une religion déterminée ». Cette loi a également créé la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE), devenue le Défenseur des Droits en 2011, qui est chargée de lutter contre toutes les formes de discrimination et de promouvoir l’égalité.
  • La loi n° 2004-1486 du 30 décembre 2004 portant création de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité : cette loi renforce les pouvoirs de la HALDE (devenue Défenseur des Droits) en matière de lutte contre les discriminations et prévoit notamment la possibilité de saisir le juge des référés en cas de discrimination manifeste.
  • La loi n° 2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté : cette loi renforce les sanctions pénales contre les auteurs d’actes de discrimination, notamment en introduisant une peine complémentaire d’inéligibilité et en permettant aux victimes d’obtenir réparation du préjudice subi.
  • Le Code pénal : l’article 225-2 du Code pénal prévoit que « la discrimination définie à l’article 225-1, commise à l’égard d’une personne physique ou morale, est punie de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende lorsque la discrimination consiste en un refus d’accès à un bien ou à un service ou en soumettant une personne à des conditions de fourniture de biens ou de services moins favorables qu’une autre personne ». D’autres dispositions du Code pénal prévoient des sanctions pour les auteurs d’incitation à la discrimination ou à la haine raciale.
  • La jurisprudence : les tribunaux sont également amenés à se prononcer sur des affaires de discrimination raciale et contribuent ainsi à préciser l’interprétation des textes légaux en la matière.

Ces différents textes et instances visent à lutter contre toutes les formes de discrimination, y compris celles basées sur une prétendue race.

En France, toute personne qui s’estime victime de discrimination dans le cadre de son travail :

  • discrimination à l’embauche
  • refus de promotion
  • harcèlement moral
  • etc.

a la possibilité de se faire dédommager en entamant une procédure au conseil des Prud’hommes.

Quelques faits présumant de discrimination basée sur une prétendue race

Cela se passe dans un contexte scolaire et pour des travaux de fin d’études ou mémoires à présenter devant un jury.

Situation élève N°1

Lors de la présentation de son travail, en seconde session de l’année 2020-2021, un élève obtient la note très basse de 2/40 pour la présentation orale. La motivation du jury pour la partie orale n’est pas motivée sur la présentation en elle-même et le fond de celle-ci mais uniquement de la façon suivante :

  • Mauvaise gestion du stress
  • Voix inaudible

Nous sommes en plein dans les mesures Corona et la présentation s’est faite en présentiel avec un masque !

L’élève après sa présentation écrira à un enseignant n’ayant pas participé à sa cotation :

  • « J’avais l’impression d’avoir été une « merde » devant eux»
  • « Lorsque l’on arrive devant eux ce sont des injures sous forme de politesse»
  • « rajoutons à cela pour tout dire qu’on m’a carrément qualifié de d’une personne qui ne sache pas parler.. tu n’articules pas»
  • « jamais de la vie, on ne m’a autant humilier de partout sans que je puisse me défendre»

Situation élève N°2

Dans les règles de présentation des travaux, il est prévu qu’en cas d’un nombre de fautes dépassant les 25, l’élève serait prévenu une semaine avant la date de présentation qu’il ne pourrait pas présenter et se verrait attribuer une note forfaite de 1/20 pour l’ensemble du travail.

La jury laisse une élève présenter son travail. A la grande surprise de l’élève, elle apprend le jour de sa présentations que le jury ne la délibérera pour les motivations suivantes :

« Plus de 20 fautes d’orthographe dans le travail écrit : non délibérable »

Par rapport aux règles définies, on remarque donc que le nombre de fautes sur lequel se base la présidente du jury pour prendre cette décision est passé de 25 à 20 fautes. L’élève n’a pas été prévenue non plus anticipativement comme elle aurait du l’être.

Un des principes de base de la démocratie est l’égalité devant la loi ou devant la règle. Un jury ayant à sa tête la même présidente de jury a laissé présenté un autre élève et l’a délibéré alors que le nombre de fautes de son travail dépasse les …. 100 !

Cette élève fera un recours qui n’aboutira pas bien que les erreurs par rapport aux règles de départ semblent difficilement discutables.

Situation élève N°3

Le troisième élève a été en échec modéré sur son travail. Depuis des années dans cet établissement scolaire, tous les élèves avec un seul échec de nature limitée ont vu leur réussite être validée. En première session, cela a encore été le cas.

Cela n’a toutefois pas été le cas pour cet élève.

Caractéristiques communes à ces élèves

En cette journée spéciale de lutte contre le racisme, vous aurez compris que le point commun entre ces 3 élèves est la couleur de peau. Ils sont tout trois originaires d’Afrique subsaharienne ! L’autre élève qui a été délibéré avec plus de 100 fautes n’a pas la même couleur de peau.

Une étude de la fondation Roi Baudouin, que vous pouvez retrouver en fin d’article, est assez inquiétante et montre l’ampleur des difficultés rencontrées par des citoyens Belgo-Congolais, Belgo-Rwandais et Belgo-Burundais dans notre pays.

Cette étude a mis en évidence que les premières expériences de racisme se passent entre les murs des écoles. C’est à lire à partir de la page 124.

Il y est question d’un racisme quotidien mais aussi institutionnel dans les domaines essentiels que sont l’emploi, le logement ou, ce qui est l’objet de cette question, l’enseignement.

A la question suivante : « Pensez-vous qu’en Belgique certaines personnes subissent des traitements inégalitaires/des discriminations ou des insultes à cause de leur couleur de peau ? »

  • 92 % des personnes interrogées ont répondu OUI et quand il leur était demandé s’ils en avaient été personnellement victime,
  • c’est plus de trois quart de l’échantillon, 77%, qui a répondu par l’affirmative.

C’est donc sans surprise que l’enquête nous apprend que pour les citoyens afro-descendants, l’égalité des chances n’est qu’un leurre. Ils sont 40% à penser qu’ils ne bénéficient pas des même chances que les autochtones en ce qui concerne les chances de réussite scolaire.

La majorité des jeunes qui ont été interrogés par cette étude constate que les discriminations et le racisme ne sont pas nécessairement sanctionnés, ce qui est déjà grave. Mais que plus grave encore, s’en plaindre dans l’espace public peut avoir l’effet escompté inverse, à savoir la sanction du plaignant tant dans l’espace public qu’au sein même des institutions publiques.

Les représailles lorsque la discrimination basée sur une prétendue race est dénoncée

lutte contre le racismeEn Belgique, Unia est le centre inter-fédéral de lutte pour l’égalité des chances. Quand un citoyen est victime ou témoin de faits pouvant constituer de la discrimination, c’est un devoir de le dénoncer. Les fonctionnaires ont même l’obligation légale de le faire !

Un enseignant ayant témoigné des faits énoncé ci-dessus a reçu ce courrier de sa hiérarchie :

« Je regrette par ailleurs d’avoir à vous rappeler le devoir de réserve qu’il convient de respecter par rapport à l’extérieur (Unia en l’occurrence). »

Conclusion

Il faut que chacun fasse obstacle au racisme et aux faits pouvant avoir une prétendue race comme motivation. Fermer les yeux voire faire pression sur les personnes victimes ou témoins est inacceptable et s’agissant de pouvoirs publics, cela l’est d’autant plus.

En cette journée mondiale de lutte contre le racisme, prenons comme résolution d’être attentifs à ce phénomène !

 

Quelle est la part de responsabilité de la personne harcelée

2023-03-10T20:34:54+01:00Conseils et analyses|

Quand un système dysfonctionne, on essaie d’identifier des responsables. C’est aussi valable quand un ou plusieurs cas de harcèlement moral au travail surviennent. La victime va se plaindre des faits qu’elle subit et la recherche de responsabilités va démarrer.
Systématiquement, la hiérarchie, le conseiller ne prévention aspects psychosociaux et les autres intervenants vont essayer de reporter la responsabilité sur la victime. Explications !

Le harcelé n’est pas responsable de son harcèlement !

Vous pouvez relire l’article, Tu es harcelé, tu l’as bien cherché. La personne harcelée va systématiquement être pointée du doigt :

1-. Le harceleur va l’accuser de tous les maux de la terre .. mais venant du coupable, il est logique qu’il se dédouane en agissant de la sorte.

2-. Les responsables de l’entreprise ou du service public vont « essayer de comprendre » la situation. N’ayant jamais été harcelés, ils ne comprennent rien au mécanisme du harcèlement moral au travail et vont donc raisonner comme si les personnes en présence étaient normales. Hors un harceleur n’est pas une personne normale. Ils vont donc écouter les uns et les autres et se dire que pour qu’un  conflit existe, il faut être au moins deux et donc que chaque partie a surement un part de responsabilité !

3-. Les services de prévention et protection : en Belgique, ces services sont payés par l’employeur et pour toutes une série de raisons, les psychologues vont presque toujours essayer de trouver des torts des deux côtés, du côté du harceleur mais aussi du côté de la victime de la personne harcelée. Relire aussi  : Les conseillers en prévention et le SEPP ? Une mascarade ? Pour rappel voici des extraits de conclusions de conseillères en prévention :

=> « Il semblerait que depuis …. cette dernière (la victime) interprète les nouveaux faits à la lumière de son insatisfaction« .

=> »Certains éléments laissent à penser que X (la victime) s’est inscrite dans un processus de victimisation occultant une certaine part de sa responsabilité par rapport à l’existence du conflit »

=> « Nous avons un certain nombre d’indices que la relation entre les deux personnes était symétrique tout en tenant compte de la différence de statut hiérarchique entre elles. En effet, X (la victime) a multiplié les démarches (SIPP, Contrôle du bien-être, SEPP, syndicat, …, plainte motivée).

Les ressources des parties, enfin, traitent de l’inégalité des positions entre harceleur et harcelé. Dans cette perspective on considère qu’il y a harcèlement lorsque les deux parties ont une force inégale au sein du conflit, cette inégalité des positions pouvant être due ou non à un rapport de supériorité hiérarchique.

Chacune des parties a utilisé les moyens dont elle disposait, ses ressources pour répondre aux comportements de l’autre ressenti comme des attaques »

Tous les acteurs autour de la personne harcelée vont donc lui rejeter une part, voire l’entièreté de la responsabilité de la situation de harcèlement. Logiquement, la personne harcelée étant elle saine d’esprit, elle va se poser des questions sur elle-même.

Se considérer responsable de son propre harcèlement

responsable harcelementSuite à la culpabilisation que ces individus vont lui faire ressentir, le harcelé va glisser sur un terrain désastreux : se poser des questions sur ses moindres faits et gestes qui pourraient être à l’origine du harcèlement. C’est alors la spirale négative avec toutes conséquences :

  • perte de confiance en soi,
  • panique face à certaines situations,
  • sentiment de culpabilité et honte,

Il faut sortir de cette situation en comprenant bien que l’on est victime, que si l’on a commis l’un ou l’autre erreur, l’erreur est humaine et que RIEN ne justifie le harcèlement. Pour y arriver, il est important d’être soutenu(e) et aidé(e).

L’aide peut venir de vos collègues de travail, de vos proches et aussi de professionnels comme un psychologue.

Chaque personne harcelée doit bien avoir en tête qu’elle ne peut être tenue responsable d’une situation où elle est victime. Les personnes qui vous font croire autre chose portent une lourde responsabilité.

Le harcèlement moral dans la fonction publique

2023-03-10T21:01:34+01:00Conseils et analyses|

Il semble que le harcèlement moral au travail soit plus fréquent dans le secteur public que dans le privé. Voyons quels facteurs font qu’il pourrait y avoir plus de harceleurs parmi les fonctionnaires.

L’emploi à vie du fonctionnaire

Un fonctionnaire fait partie d’une administration. Cette administration est sous l’autorité d’un élu politique et de son cabinet. Donc l’autorité chapeautant les administrations et les fonctionnaires change régulièrement (à chaque élection) et peut aussi être d’une orientation politique différente.

Suite à une suspicion (légitime ?) envers le responsable politique d’être tenté de se débarrasser des fonctionnaires qui ne penseraient pas comme lui, le système de la nomination ou de l’emploi à vie des fonctionnaires à été créé. L’objectif louable était de mettre le fonctionnaire à l’abri.

Si le fonctionnaire est un harceleur …

La vision qui a amené à l’emploi à vie considère donc le fonctionnaire comme une victime potentielle. Mais ce statut le protège aussi quand il ne s’agit plus d’une victime mais d’une personne qui se rendrait coupable de fait de harcèlement ou de discrimination.

Les personnes harcelées savent à quel point il est compliqué de prouver le harcèlement. Le fonctionnaire harceleur qui sera souvent affilié à une organisation syndicale, sera défendu en justice par cette organisation. Et le temps que les procédure se passent, que les recours aient lieu, cela fait des années de souffrance pour la personne harcelée.

L’impunité du fonctionnaire harceleur

Pour illustrer à quel point un fonctionnaire peut harceler dans des limites très larges et que cela reste toléré, voici un exemple.

Il s’agit d’une personne dans une fonction de direction ayant participé à un processus de harcèlement. Bien que le niveau hiérarchique soit assez élevé, il apparait que cette personne correspond au profil défini dans l’article parlant de : Se faire harceler par un lâche et un idiot

Dans l’exemple, au harcèlement s’est ajouté de la discrimination liée aux problèmes de santé de la victime. La victime a subit une incapacité de travail de 45 jours. Elle occupait une fonction où elle aurait dû être remplacée. Ce qui n’a pas été le cas alors que la personne occupant la fonction de direction le savait parfaitement.

Le fait de ne pas la remplacer a permis de mettre en place une machination visant à son éviction.

Suite à une missive envoyé par un organisme gérant les questions de discrimination, voilà la réponse officielle de cette personne :

Sur les absences du personnel et son remplacement En matière d’incapacité de travail, comme le précisent les circulaires en la matière et la réglementation en vigueur. Le remplacement d’un membre du personnel est autorisé pour ….. Pour autant que l’absence atteigne le nombre de jours fixé par les instructions ministérielles. Il y a lieu, bien sûr, de respecter les dispositions en matière de litres de capacité. Dans le cas qui nous occupe, l’intéressé a été remplacé pendant la durée de son absence par une personne titulaire d’un ….. Le principe de continuité du service public s’applique bien sûr pour ….

Cette personne donc ment ostensiblement et il est très facile de le vérifier. Il n’y a pas eu de remplacement, a fortiori pendant la durée de l’absence et donc pas de continuité du service public. Pourtant, la personne qui harcèle n’en subit aucune conséquence.

Se sentant invincible, les actes de harcèlement ne pourront que s’amplifier.

Être victime de harcèlement quand on est fonctionnaire

harcelement-fonction-publiqueLes travailleurs harcelés dans le secteur privé, s’ils en ont la possibilité, quittent leur emploi et vont chez un employeur où les problèmes de bien être au travail n’existent pas.

Par contre, un fonctionnaire a fait un choix de carrière qui l’empêche de changer d’employeur. Au mieux peut-il espérer une mutation, et encore elle lui sera accordée si son harceleur n’est pas pote pote avec ceux qui décident.

Donc quand vous êtes fans la fonction publique et que vous êtes harcelés, vous essayer de tenir autant que possible face au harcèlement et quand cela devient impossible, patatras, vous vous effondrez et c’est la maladie et le certificat médical.

Le pouvoir politique veut cacher le harcèlement

Le harcèlement moral au travail est un sujet tabou. Tout politicien ne veut pas se retrouver dans une situation où sous sa responsabilité des personnes sont victimes de harcèlement.

Donc en situation de harcèlement, trois options s’offre à lui ou elle :

  • avoir du courage et prendre des mesures pour que cela cesse. Ce sera la voie rarement empruntée car alors il risque d’y avoir une publicité autour de la situation.
  • minimiser les faits, mener la politique de l’autruche, bref faire comme si le harcèlement n’existait pas ! Une situation catastrophique pour la personne harcelée.
  • se ranger du côté du harceleur pour éviter tout problème notamment politique. En effet, souvent un ou une directrice dans l’administration est politisée et intervenir c’est prendre un risque considérable d’instabilité dans les équilibres.

Il est également important en cas d’harcèlement moral au travail de se faire suivre par un psychologue spécialisée dans le domaine.

Se faire harceler par un lâche et un idiot : le mécanisme sous-jacent

2023-03-10T21:01:43+01:00Conseils et analyses|

Rappelez-vous dans les cours de récréation quand un enfant y est harcelé (ce dont malheureusement beaucoup d’entre nous ont été témoins). Il y a toujours le harceleur principal qui est souvent le petit chef d’une meute et dans la meute se trouvent ceux qui suivent et harcèlent aussi. Pourquoi le font-ils ? Essayons de trouver des explications !

Tous les harceleurs ne sont pas des manipulateurs intelligents

Les harceleurs manipulateurs utilisent tous les moyens à leur disposition pour harceler leurs victimes. Cet article décrit la manipulation psychologique et le fonctionnement des manipulateurs.

Ce type de pervers est souvent doté d’une intelligence au-dessus de la moyenne. Malheureusement, il met cette intelligence au service du mal et de la souffrance qu’il veut occasionner aux autres. Leur intelligence leur permet aussi de manipuler des complices qui les aideront à harceler leurs victimes. Ces complices pourront même leur servir de bouclier ou de fusible.

Un idiot est défini comme une personne « Qui manque d’intelligence, de bon sens ». Nous appellerons donc les suiveurs harceleurs idiots,  vous comprendrez pourquoi dans l’analyse ci-dessous.

Comment les harceleurs manipulateurs trouvent-ils des complices ?

Les manipulateurs identifient facilement leurs cibles. Ils se basent sur le mal être ou le manque d’estime de soi du futur complice.

La pyramide de Maslow

pyramide-maslow-manipulateur-harcelementLes besoins identifiés par Maslow sont les suivants :

  • les besoins physiologiques
  • Le besoin de sécurité
  • Le sentiment d’appartenance
  • L’estime de soi
  • L’accomplissement

Le manipulateur va s’en donner à cœur joie dans les faiblesses de l’idiot.

La sécurité

Tout d’abord, l’image renvoyée par la personne harcelée fait peur. Personne n’a envie de se retrouver dans cette situation. Le faible, plutôt que de se lever contre l’injustice, va se ranger du côté du plus fort. Ce faisant, il espère se ranger dans le bon camp, en tout cas le camp de ceux qui ne sont pas pris pour cible.

Le sentiment d’appartenance

Appartenir à un groupe se fait à partir de mécanismes d’identification commun. Cela peut être le partage d’une même passion, être membre d’un même équipe, etc. Dans le cas qui nous occupe, il y a le groupe de harceleurs. Leur point commun est de partager le fait de commettre des actes répréhensibles contre des cibles désignées. Ces cibles sont souvent choisies sur des critères objectifs tels que l’origine, la religion, l’orientation sexuelle, .. dans ce cas le harcèlement se double de discrimination. Mais dans d’autres cas, les cibles peuvent être simplement choisies par le leader du harcèlement sur des critères qui lui sont propres comme de la rivalité ou de l’inimitié voire de la jalousie.

L’effet de groupe va jouer un rôle considérable car la pression sociale va faire perdre le jugement et la notion de bien et de mal à ces « suiveurs ». Même s’ils réprouvent les faits dont ils sont complices, ils les commettent malgré tout. Cela peut aller jusqu’à des actes de lynchages ou de viols collectifs.

C’est là que l’aspect lâcheté prend sont importance… jamais la personne n’osera aller à l’encontre du groupe ou du leader manipulateur.

Estime de soi

La faible personnalité des idiots suiveurs rend peut probable qu’il ait une estime d’eux bien développée. Cela en fait une belle opportunité pour le harceleur manipulateur. Il lui suffit de flatter son futur complice. Quelques paroles de réassurance lorsqu’il émet des doutes sont aussi les bienvenues. En échange de ces quelques paroles savamment distillées, le harceleur fera faire n’importe quoi à l’idiot utile (mais utile pour un mauvais dessin).

Le genre de parole que j’ai déjà entendue de la part d’un manipulateur à une femme fragile en manque d’assurance :

« Rencontrer [Prénom] a été la plus belle chose qui me soit arrivée dans la vie. » Cette phrase venant après d’innombrables petits compliments.

Le manipulateur a su transformer cette femme en quelqu’un qui a eu des comportements vraiment exécrables avec des personnes sur qui elle avait autorité.

Accomplissement

Les personnes qui se laissent manipuler en vue de devenir elles même des harceleurs ne peuvent pas se réaliser et rester en état fragile. Cela peut les rendre d’autant plus dangereuses car elles risquent d’aller toujours plus loin dans les excès pour satisfaire leur mentor.

Les caractéristiques du complice idéal pour le harcèlement

Les personnalités fragiles qui manquent de confiance en elles sont repérées par les manipulateurs. Celles qui sont craintives aussi font de bons candidats car leur crainte les amènera à préférer être dans le camp le moins risqué à leurs yeux.

Un autre profil est celui des personnes qui veulent tirer avantage de la situation. Elles savent qu’en devenant fidèle à la personne détentrice de l’autorité, elles en tireront des avantages tels que des jours de congé, des tâches plus agréables, moins de travail, etc.

Avantages pour le manipulateur narcissique

  1. Le narcissique va se voir aduler par les idiots qu’il a su fédéré autour de lui. Ce faisant, il va y trouver une satisfaction importante et son égo va s’en trouver satisfait.
  2. Il pourra aussi faire faire ses basses besognes par l’un ou l’autre idiot qui servira de fusible si cela se passe mal.
  3. Plus il y a de harceleurs et plus cela fait passer la victime pour la personne anormale.
  4. Enfin, les idiots seront ses yeux et ses oreilles dans l’organisation et viendront lui rapporter toute tentative que feraient les victimes de harcèlement pour se défendre.

Que se passe-t-il quant le manipulateur disparait ?

Sans son mentor, l’idiot est un peu comme un poulet sans tête. N’ayant pas les facultés ou le courage de se forger sa propre ligne de conduite, il va souvent poursuivre les faits de harcèlement à l’égard de la ou les victimes.

En effet, l’idiot s’est senti en sécurité et valorisé, peut-être pour une des premières fois de sa vie. A aucun moment, il ne s’est rendu compte qu’il a simplement été manipulé. Il va donc continuer les comportements de harceleur afin d’espérer en tirer de la reconnaissance. C’est donc très important que quand un manipulateur a créé un système et climat de harcèlement celui-ci subsiste même après le départ de son initiateur de part le fait des idiots qui ont connu quelques moments de bien-être dans ce système.

Il se peut aussi que l’idiot tienne rancune aux victimes si son « idole » a été écartée grâce aux actions entreprises par les victimes de harcèlement.

Conclusion

Le harcèlement moral au travail peut se transformer en phénomène social plutôt que n’être qu’un conflit entre un agresseur et un agressé. Pour la victime cela sera très pénible à vivre car elle sera soulagée du départ du harceleur manipulateur mais il ne faudra pas longtemps pour qu’elle constate que le harcèlement perdure à cause des harceleurs idiots.

Le harceleur idiot peut devenir encore plus dangereux que le manipulateur car là où le manipulateur est calculateur, l’idiot va réagir avec ses émotions et commettre des actes cruels.

Tu es harcelé au travail ? Fuis ou ils auront ta peau !

2023-03-10T21:06:47+01:00Conseils et analyses|

Via la page Facebook Luttons contre le harcèlement moral au travail, nous recevons de nombreuses questions sur la façon de faire face à un harceleur. Notre réponse est claire : Dans la mesure du possible FUYEZ. C’est une honte, une injustice qu’une victime doive payer le tribu de la complicité active ou passive de tous les acteurs et complices actifs ou passifs du harcèlement. Explications !

Le coût du harcèlement moral au travail

harcelement-abus-droitLe harcèlement vous détruit et peut détruire vos proches. Nous vous invitons à relire ces deux articles qui montre à quel point être harcelé est dévastateur pour la personne et son entourage :

Nous verrons plus loin que vous ne pourrez probablement compter sur aucune aide des personnes ou organisations censées, et qui sont payées  pour, vous aider.

Le dernier recours que vous aurez sera une procédure judiciaire qui vous coutera de l’influx et de l’argent beaucoup d’argent pour un résultat plus qu’aléatoire puisque en plus d’être aveugle, la justice est très souvent sourde aux faits de harcèlement. Si vous perdez, vous devrez payer les frais de procédure et moralement ce sera insupportable car le ou les harceleurs seront officiellement blanchis, ce qui signifie que vous serez vous coupable de tous les maux de la terre et de votre détresse. Un comble !

Les complices des harceleurs

Divers témoignage montre que les harceleurs et leurs complices actifs ou passifs peuvent enfreindre les lois ou autres textes légaux sans en supporter les conséquences. Voici un florilège de faits réels relatés par des victimes commis en complaisance avec le harcèlement :

1-. Personne de confiance

La personne de confiance ignore la personne qui a pris contact avec elle en raison de son bien-être au travail !

2-. SEPPT

Le SEPPT, service externe de prévention et protection au travail est certainement l’organisme qui fait souvent preuve de la plus grande complicité. En 2014, nous rédigions déjà un article intitulé Les conseillers en prévention et le SEPP ? Une mascarade ?. Hélas, les témoignages reçus depuis ne font que renforcer l’article de l’époque :

a. Plainte formelle

En 2012, une conseillère en prévention, (qui a l’époque devait rendre son rapport, suite à une plainte formelle, endéans les 3 mois, post-posablent 3 fois, donc 12 mois) a rendu son rapport près de 15 mois après la plainte.
Dans ce rapport, la conseillère en prévention décide de la recevabilité de preuves ou de témoignage hors tout cadre juridique (d’ailleurs les conseillers en prévention n’ont pas de titre juridique) au bénéfice du harceleur.

Toujours dans le même dossier, les textes légaux prévoient que le harcelé qui voudrait porter l’affaire devant les tribunaux est en droit d’obtenir copie du rapport, la conseillère en prévention a fait obstacle à la transmission du dossier.

b. Autre plainte formelle en harcèlement

L’employeur est normalement averti dès qu’un travailleur fait une plainte formelle, devenue « Demande d’intervention formelle » dans l’Arrêté Royal de 2014. Mais dans ce dossier, une conseillère en prévention complice a averti la harceleuse de la prise d’un rendez-vous d’une harcelée.

Contexte : La personne harcelée avait déjà été contrainte de prendre un rendez-vous précédant dans ce SEPP. Il lui avait été répondu de « changer de lunettes pour voir  les choses sous un autre angle ». En représailles, les directrices de la personne harcelée avaient multiplié les faits. Cela montre les conséquences de ce que fait un SEPP qui littéralement délivre des autorisations de harcèlement. C’est cette situation qui a amené la victime à devoir reprendre un rendez-vous.

Cette conseillère en prévention s’est accordée avec la harceleuse pour mettre en place le stratagème suivant :

Alors pour la victime la demande formelle a été encadrée et a dû être complétée sur un formulaire adéquat, ce qui prend du temps, la directrice a fait une demande formelle sur papier libre sans mentionner de dates ni beaucoup d’autres informations demandées à la victime.

Voici le message de la conseillère en prévention daté au jeudi 1er octobre 2015 à 15:03 :

Comme convenu lors de notre entretien téléphonique de ce jour, je vous confirme notre entretien du lundi 26 octobre à 14h00 au …. pour discuter de votre situation professionnelle actuelle.

Autre pratique récurrente, le rendez-vous accordé à la victime l’a été en dehors du délai légal tel que le prévoit l’Arrêté Royal encadrant les demandes d’intervention dans le cadre des risques psychosociaux :

délai-conseiller-prevention

Dans cet exemple, le délai de 10 jours calendrier s’est transformé en 25 jours calendriers.. vous verrez que parfois c’est pire !!

De ce fait, la harceleuse a eu rendez-vous avant la harcelée puisque la victime a été informée de la demande d’intervention formelle de son bourreau en date du 7 octobre 2015.

Le service du Contrôle du bien-être du SPF emploi a fait preuve de complaisance face à cette situation. Le contrôle du bien-être ayant écrit à la victime qui lui avait fait part de la situation :

J’ai contacté xxxxx suite à votre demande. Cette dernière m’a confirmé qu’il n’était malheureusement pas possible de concilier vos agendas afin de convenir d’un RDV plus tôt qui tienne compte de vos horaires respectifs. Néanmoins, xxxxxx s’engage à vous contacter si les circonstances (désistement…) font qu’un rdv se libère.

c. 3ème situation de harcèlement moral au travail (même personne que le a.)

La victime prend contact par email avec la conseillère en prévention et demande un rendez-vous le 5 décembre 2016 à 14:25. La conseillère en prévention ne donnera jamais suite à ce mail.

La victime téléphone au SIPPT de son employeur le 6 février 2017. Le rendez-vous lui est fixé au 16 mars 2017. Au lieu des 10 jours calendrier, le délai est de 40 jours, QUATRE fois plus !!!

Dans ce cas aussi la victime avait déjà été harcelée par le passé et avait été reconnue victime de Violences psychologiques au travail par son directeur.

La victime a contacté le Contrôle du bien être du SPF emploi et là encore le SPT emploi a fait preuve de complaisance avec le SIPPT. Pis encore, le service fédéral a fait preuve de vindicte vis à vis de la victime (fautes d’orthographes d’origine incluses) :

Je vous disait que je serai franc et direct. votre passif du dossier précédent à laisser de lourdes séquelles et il est difficile de passer au-dessus pour les différents services. Vos droits doivent être respecter mais cela devra passer par le respect des personnes et des procédures ( tant chez xxxxxx) dans le cadre de votre dossier.

En résumé, la victime a scrupuleusement utilisé les procédures à sa disposition dans un dossier et le grief lui en est fait alors que le SIPPT lui ne les a pas respectées impunément !

Nous avions aussi rédigé cet article qui parle entre autre de l’omnipotence des conseillers ou conseillères en prévention: 10 raisons pour lesquelles les conseillers en prévention ne concluent jamais au harcèlement moral !

Ces situations confirment aussi cet anciens propos  Harcèlement moral : le marché de la souffrance Ces acteurs déficients vivent du malheur des autres et cela crée de l’emploi pour des conseillères en prévention. Elles n’ont aucun intérêt à résoudre les cas. au contraire, plus il y a de cas, plus faudra engager.

 

3-. Contrôle du bien être du SPF emploi

Pour chaque situation de harcèlement mentionnée ci-dessus, le SIPPT a bafoué les textes. Le rôle d’un inspecteur social du SPF emploi est de les faire respecter. Au lieu de cela, dans chaque situation, on peut constater de la complaisance voire de la complicité vis à vis des manquements du SIPPT.

4-. Dans le secteur public, la complicité des administrations ou cabinets politiques/ministres

Les fonctionnaires travaillant dans les administrations sont, le plus souvent, nommés via un statut propre au secteur public. Ce statut protège le travailleur mais malheureusement protège aussi le harceleur et ses complices.

L’administration

Certains hauts fonctionnaires sont amenés à être présents dans des organes paritaires qui permettent la concertation entre travailleurs et employeur. Force est de constater que parmi ces fonctionnaires se trouvent des complices de harceleurs.

La complicité active

Dans certaines situations relatées, il arrive qu’un haut fonctionnaire se place résolument du côté d’un ou de harceleurs. Cela devient alors l’enfer pour la victime qui ne peut pas compter sur des gardes-fou prévu par les textes régissant les relations employeurs travailleurs.

La personne harcelée devient alors un cible de choix à qui l’on peut faire subir toutes les infamies puisque cette personne voit se liguer absolument tous les contre pouvoirs contre elle.

La complicité passive

D’autres se contentent de laisser faire, c’est aussi grave. Rappelons le citation D’Edmund Burke :

Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.

Les ministres et cabinets de ministres

Divers exemples montrent que dans les processus de harcèlement, les auteurs bafouent d’autres lois.

Les acteurs politiques s’en font complices tant il y a du mépris pour la personne harcelée. Certains ministres n’hésitant pas à rédiger des propos fallacieux dans des lettres officielles. La bienveillance pour le faux et usages de faux semblent être l’acte le plus récurant.

Le pouvoir politique et les administrations font aussi pression sur la personne harcelée pour qu’elle se taise. Des victimes ont reçu des lettres menaçantes parce qu’elles doivent faire preuve d’un certain devoir de réserve.

Voici une vidéo qui montre cet aspect peu reluisant des choses :

Le harcelé sera toujours le mouton noir

Le mécanisme est insidieux. La personne harcelée qui entame une démarche décrite dans les procédures légales parce qu’elle fait face à une situation difficile à vivre, va devoir faire face à un non respect des textes et de leurs obligations par un acteur.

Si elle vient à s’en plaindre à l’autorité compétente, le cercle vicieux commence. L’étiquette de plaignant récidiviste est collée à cette personne. Tous les acteurs devant la protéger lui tourne alors le dos et toute enfreinte aux textes légaux est accepté.

Et à chaque réclamation justifiée, le crédit de la victime se verra de plus en plus être entamé… Et plus le crédit sera entamé, plus les harceleurs pourront amplifier les actes de harcèlement.

Pour cet aspect des choses, nous avions aussi rédigé un texte Tu es harcelé ? Tu l’as bien cherché !!

Conclusion

Si vous êtes harcelé.e, la chose la plus injuste mais aussi la meilleure à faire est de fuir cette situation. Il est inutile de s’engager dans un combat disproportionné tant par le nombre des personnes qui seront contre vous que par l’aspect inéquitable des règles du jeu. Le comportement du harcelé va être étudié pour lui reprocher la moindre incartade tandis que pour les autres aucune loi, aucune contrainte, ils font ce qu’ils veulent.

Comment j’ai attrapé un trouble anxieux généralisé à cause du harcèlement

2023-03-12T13:31:51+01:00Conseils et analyses|

TAG ou trouble anxieux généralisé, je n’en avais jamais entendu parlé, jusqu’au jour où à force de me faire harceler …. Les conséquences du harcèlement sur les victimes sont de plusieurs ordres dont la santé.

Les symptômes de l’anxiété

Beaucoup de gens éprouvent de l’anxiété à un moment ou à un autre de leur vie.

En fait, l’anxiété est une réaction tout à fait normale aux événements stressants de la vie. Le stress professionnel est très néfaste pour les personnes qui y sont soumises. Une bonne qualité de vie au travail ou QVT veut aussi dire pouvoir travailler sereinement. A l’inverse, une exposition régulière et de longue durée au stress peut détruire une personne. La personne risque de développer diverses pathologies dont le trouble anxieux généralisé.

Lorsque les symptômes d’anxiété deviennent plus importants que les événements qui les ont déclenchés et commencent à interférer avec votre vie, ils pourraient être des signes d’un trouble anxieux.

Inquiétude excessive

trouble-anxieux-harcelementL’un des symptômes les plus courants d’un trouble anxieux est l’inquiétude excessive. L’inquiétude associée aux troubles anxieux est disproportionnée par rapport aux événements qui les déclenchent et survient généralement en réponse à des situations normales et quotidiennes.

Pour être considéré comme un signe de trouble anxieux généralisé, l’inquiétude doit se manifester la plupart des jours pendant au moins six mois et être difficile à contrôler.

L’inquiétude doit aussi être grave et intrusive, ce qui rend difficile la concentration et l’accomplissement des tâches quotidiennes.

Se retrouver angoissé dès que j’approchais de mon lieu de travail, besoin urgent d’uriner, boule au ventre et dans la gorge, tel était mon lot quotidien en allant travailler.

L’inquiétude peut aller jusqu’à des attaques de panique

Les crises de panique produisent une sensation de peur intense et accablante qui peut être débilitante. Cette peur extrême s’accompagne généralement de battements cardiaques rapides, de transpiration, de tremblements, d’essoufflement, d’oppression thoracique, de nausées et de peur de mourir ou de perdre le contrôle.

Les crises de panique peuvent survenir isolément, mais si elles sont fréquentes et inattendues, elles peuvent être un signe de trouble panique.
Les crises de panique provoquent des sentiments de peur extrêmement intenses, accompagnés de symptômes physiques désagréables.

Irritabilité

L’horreur du harcèlement moral au travail est que votre famille en pâti. La plupart des personnes atteintes de troubles anxieux éprouvent également une irritabilité excessive. Étant donné que l’anxiété est associée à une forte excitation et à une inquiétude excessive, il n’est pas surprenant que l’irritabilité soit un symptôme courant.

Chez vous sans raison, vous rabrouez vos proches ou vous ne faites montre d’aucune patience.

Sentiment d’agitation

Lorsqu’une personne se sent anxieuse, une partie de son système nerveux sympathique se met à surfonctionner.

Cela déclenche une cascade d’effets dans tout le corps, tels qu’un pouls accéléré, des paumes moites, des mains tremblantes et une bouche sèche.

Ces symptômes surviennent parce que votre cerveau croit que vous avez senti le danger et qu’il prépare votre corps à réagir à la menace.

Votre corps détourne le sang de votre système digestif et le dirige vers vos muscles au cas où vous auriez besoin de courir ou de vous battre. Il augmente également votre fréquence cardiaque et augmente vos sens. Bien que ces effets soient utiles dans le cas d’une vraie menace, ils peuvent être débilitants si la peur est dans votre tête.

Difficulté à s’endormir

Les troubles du sommeil sont fortement associés aux troubles anxieux. Se réveiller au milieu de la nuit et avoir de la difficulté à s’endormir sont les deux problèmes les plus souvent signalés.

Fatigue

Le fait de se fatiguer facilement est un autre symptôme potentiel du trouble anxieux généralisé. Pour certains, la fatigue peut suivre une crise d’anxiété, tandis que pour d’autres, la fatigue peut être chronique.

Il n’est pas clair si cette fatigue est due à d’autres symptômes courants d’anxiété, comme l’insomnie ou la tension musculaire, ou si elle peut être liée aux effets hormonaux de l’anxiété chronique. La fatigue peut aussi être un signe de dépression ou d’autres troubles médicaux, de sorte que la fatigue seule ne suffit pas à diagnostiquer un trouble anxieux.

Difficulté à se concentrer

La difficulté à se concentrer peut être l’un des signes d’un trouble anxieux, et c’est un symptôme signalé chez la majorité des personnes chez qui on a diagnostiqué un trouble anxieux généralisé.

Éviter les situations sociales

Être harcelé, c’est être le mouton noir. Vous devenez craintif vis à vis des contacts sociaux. cela amène à une situation d’isolement de plus en plus prononcée.

Il se peut que vous présentiez des signes de trouble d’anxiété sociale si vous vous retrouvez :

  • Sentiment d’anxiété ou de peur face à des situations sociales à venir
  • Inquiète d’être jugée ou scrutée par les autres
  • Peur d’être embarrassé ou humilié devant les autres
  • Éviter certains événements sociaux en raison de ces craintes

Comment réduire l’anxiété

Dans mon cas, la solution a été de resté éloigné du milieu anxiogène pendant une durée relativement longue accompagné d’un suivi thérapeutique.

Autres astuces pour réduire l’anxiété

  1. Manger sainement : Les régimes riches en légumes, fruits, viandes de haute qualité, poissons, noix et grains entiers peuvent réduire le risque de développer des troubles anxieux, mais l’alimentation seule ne suffit probablement pas pour les traiter.
  2. Consommer des probiotiques et des aliments fermentés : La prise de probiotiques et la consommation d’aliments fermentés ont été associées à une meilleure santé mentale.
  3. Limiter la caféine : Une consommation excessive de caféine peut aggraver les sentiments d’anxiété chez certaines personnes, en particulier chez celles qui souffrent de troubles anxieux.
  4. S’abstenir de consommer de l’alcool : Les troubles anxieux et l’abus d’alcool sont étroitement liés, de sorte qu’il peut être utile d’éviter les boissons alcoolisées.
  5. Arrêter de fumer : Le tabagisme est associé à un risque accru de développer un trouble anxieux. L’abandon du tabac est associé à une meilleure santé mentale .
  6. Faire de l’exercice souvent : L’exercice régulier est lié à un risque moindre de développer un trouble anxieux, mais la recherche est mitigée quant à savoir s’il aide ceux qui ont déjà reçu un diagnostic.
  7. La méditation : Il a été démontré qu’un type de thérapie basée sur la méditation, appelée réduction du stress basée sur la pleine conscience, réduit significativement les symptômes chez les personnes souffrant de troubles anxieux.
  8. Pratiquer le yoga : Il a été démontré que la pratique régulière du yoga réduit les symptômes chez les personnes diagnostiquées avec des troubles anxieux, mais des recherches de plus grande qualité sont nécessaires.

Conclusion

Les risques psychosociaux en milieu professionnel peuvent rendre malade de longue durée les personnes qui y sont exposées. Le trouble anxieux peut vous tomber dessus même si vous pensez être fort ou forte. En fait, on dirait que c’est un conditionnement du aux faits de harcèlement répétés qui vous amènent à craindre le pire même quand des choses relativement anodines se passent.

Comment rendre des salariés inefficaces ?

2023-03-10T21:04:12+01:00Conseils et analyses|

Jean-Jacques Crèvecœur, philosophe et physicien a établi une liste sarcastique de 10 conseils à suivre pour rendre ses travailleurs inefficaces. Parfois, il s’agit de maladresse et de manque de discernement, parfois, on se rapproche du harcèlement. A découvrir !

« Les jeux de pouvoir s’installent à notre insu dans l’entreprise, note Jean-Jacques Crèvecœur. On les met en place sans s’en rendre compte, si bien que leur dynamique devient irréversible. » Ce philosophe et physicien, formateur en entreprise, a dressé une liste de dix conseils pour « rendre ses collaborateurs dépendants et inefficaces ». Une recette humoristique et légèrement impertinente qui a le mérite de remettre en question des pratiques de gestion des ressources humaines parfois douteuses.

Conseil n°1 : Privez-les de points de repère

Placez quiconque yeux bandés et oreilles bouchées dans un environnement inconnu : il est presque certain que son premier réflexe sera de tâter les murs. C’est un comportement instinctif que de chercher où sont les limites et les repères. Nous avons tous besoin de sécurité. Or, « énormément de gens en entreprise ne savent pas ce que l’on attend d’eux, constate Jean-Jacques Crèvecœur. Si leur supérieur ne leur explique pas clairement quelles sont ses attentes, il y a toutes les chances pour que ces employés ne fassent preuve d’aucune autonomie ou d’initiative ». La plupart des entreprises sont pleines de règles implicites : c’est une grande partie de ce que l’on appelle la culture d’entreprise. Mais cette culture ne va pas de soi pour le nouveau venu. Si vous souhaitez des employés autonomes et créatifs, il est nécessaire de « planter le décor » dès leur arrivée. Ce n’est que si le chemin est balisé que votre petit nouveau l’empruntera seul et sans se tromper.

Conseil n°2 : changez les règles en permanence, de préférence sans prévenir

Reprenons l’exemple précédent, mais cette fois-ci en imaginant que les murs de la pièce sont mobiles. Pour celui qui a les yeux bandés, c’est la panique. Son réflexe sera sans doute ici de s’asseoir et de ne surtout plus bouger. Pour vos collaborateurs en entreprise, c’est la même chose : si les règles changent en permanence, ils se sentent dans l’instabilité. Si un comportement est tantôt salué tantôt blâmé, il y a de fortes chances que vous vous trouviez alors face à des collaborateurs paralysés, incapables de prendre la moindre initiative. Assurez-vous donc que les règles soient fixées une fois pour toutes, et qu’elles soient claires pour tout le monde…

Conseil n°3 : Fixez-leur des objectifs sans leur en donner les moyens

Pour illustrer ce conseil, Jean-Jacques Crèvecœur prend l’exemple du régime des 35 heures en France : alors que les objectifs de l’entreprise restent les mêmes, les moyens donnés aux travailleurs sont considérablement réduits. Résultat, ce sont les cadres intermédiaires qui souffrent, travaillant jusqu’à 60 heures par semaine pour récupérer ce que les employés ne font plus. Les statistiques sont effarantes : près de la moitié de ces cadres sont sous anti-anxiolytiques. Fixez plutôt à vos collaborateurs des objectifs en adéquation avec les moyens dont ils disposent, sans quoi vous aurez leur médecin traitant sur les bras !

Conseil n°4 : prenez en charge leurs problèmes

En théorie, la délégation dans l’entreprise doit se faire du haut vers le bas. Mais en pratique, Jean-Jacques Crèvecœur a souvent observé l’inverse, comme il le raconte grâce à ce petit exemple. Un collaborateur arrive à l’improviste dans votre bureau : « Patron, j’ai un problème. Il y a une grève dans les transports ; on ne pourra jamais livrer la marchandise à temps », « Tu as la solution ? », demandez-vous par acquit de conscience, « Non », répond le collaborateur visiblement déconfit. « Bon, je m’en occupe ». « Merci patron », répond le collaborateur qui a soudainement retrouvé le sourire. « Vous me tenez au courant du suivi des opérations ? »

Cet exemple typique de délégation du bas vers le haut constitue un phénomène trop souvent rencontré dans l’entreprise et s’avère très pervers. Une fois la machine amorcée, on se retrouve dans une situation où « il n’y a plus de pilote dans l’avion, explique Jean-Jacques Crèvecœur. Beaucoup de PDG se plaignent de devoir prendre en charge les questions opérationnelles, et de n’avoir plus le temps de s’occuper de la vision à long terme de leur entreprise. »

Mais la faute n’est pas toujours dans le chef du collaborateur. « Parfois les patrons prennent délibérément en main les tâches qui incombent à leurs collaborateurs, alors que ceux-ci ne demandent qu’à faire preuve de leur efficacité, se désole le formateur. Ceci entraîne une perte de crédibilité non méritée pour les collaborateurs, en plus d’une surcharge de travail pour le manager. » Face à ce genre de situation, bon nombre de cadres prennent le contrepied suivant : « Je t’autorise à rentrer dans mon bureau avec des solutions. Tant que tu viendras avec des problèmes, je préfère que tu restes dehors ! ». En agissant de la sorte, les managers oublient leur responsabilité pédagogique. Ils sont avant tout là pour aider leurs collaborateurs à trouver des solutions. « Ils doivent être des managers-accoucheurs », traduit Jean-Jacques Crèvecœur.

Conseil n°5 : interposez-vous

« Un enfant expérimente l’équilibre en montant sur une table basse, illustre Jean-Jacques Crèvecœur. Les parents n’ont qu’une seule chose à faire : s’assurer que l’enfant ne se met pas en danger en écartant tout objet sur lequel il serait susceptible de se blesser. En s’interposant, on retarde l’apprentissage. Et c’est exactement pareil dans l’entreprise. » La morale de cette histoire ? Faites d’abord travailler vos collaborateurs sur de petits projets. « S’ils se plantent, ce n’est pas grave, ils en tireront les leçons essentielles. » Et à Jean-Jacques Crèvecœur de citer Aldous Huxley : « L’expérience, ce n’est pas ce qui arrive à une personne. C’est ce qu’une personne fait avec ce qui lui arrive ».

Conseil n°6 : déléguez des responsabilités importantes, du jour au lendemain

C’est dans l’air du temps que d’entendre des DRH affirmer « il faut déléguer ». Face à tant de fermeté, beaucoup se sont sentis obligés de responsabiliser, brutalement, leurs collaborateurs. Bien évidemment, quand le manager revient vérifier le travail accompli, la situation est rarement au beau fixe. « Les collaborateurs sont contraints de poser des choix en suivant leur propre vision de l’entreprise, qui n’est souvent que partielle, détaille Jean-Jacques Crèvecœur. Les managers sont alors souvent déçus de leurs performances, et ont le réflexe de reprendre aussitôt les choses en main. » C’est ce que le formateur appelle le « modèle américain » : Tell him, leave him, zap him ! La consigne est dès lors la suivante : « n’attendez pas d’être débordés pour commencer à déléguer », car le processus de délégation demande incontestablement du temps pour former et informer ses collaborateurs.

Conseil n°7 : Faites monter la pression pour augmenter le stress

harceler-salariesLa relation entre niveau de pression et efficacité peut être représentée, selon Jean-Jacques Crèvecœur, grâce au graphique suivant :
Si à « zéro pression » correspond bien le niveau « zéro efficacité », la relation entre ces deux variables n’est pourtant pas linéaire. « Il faut maintenir un certain niveau de pression sur vos collaborateurs pour les faire parvenir à leur niveau d’efficacité maximale (inférieur à 100%), mais au-delà de cette pression jugée acceptable, les rendements deviennent décroissants », affirme le formateur. Ainsi, comme en physique quantique, un manager qui exercerait une trop forte pression sur son collaborateur devrait subir la loi de l’action-réaction : « Plus on exerce une pression sur quelqu’un, plus ce dernier oppose une résistance, développe le conférencier et physicien. Augmenter la pression sur son collaborateur n’aura dès lors qu’un seul effet, celui de subir une contre-pression de plus en plus forte ».

Conseil n°8 : n’explicitez jamais vos attentes

« Patron, comment vais-je savoir ce que je dois faire ? », « Je vous engueulerai si vous vous trompez ! » Il s’agit là de la pire façon pour un manager de faire savoir à son collaborateur ce qu’il attend de lui. Au contraire, il appartient d’expliquer et de donner sens aux tâches les plus simples. « Imaginez que vous interrogez divers groupes de compagnons bâtisseurs. Dans le premier groupe, à la question « que faites-vous ? », l’un rétorque : « ben, je taille des cailloux ! » Dans le second groupe, quelqu’un réplique « je taille une gargouille » et dans le troisième groupe, on vous répond « je bâtis une cathédrale ! »

Ici encore, Jean-Jacques Crèvecœur use de la métaphore pour faire passer son message. « La différence provient du sens que donne le supérieur aux missions attribuées à ses collaborateurs. Moins vous en donnez, moins vos collaborateurs seront motivés ! ».

Conseil n°9 : Envoyez des messages codés

Le conférencier s’inspire cette fois de son vécu en entreprise pour illustrer ce neuvième conseil. Un patron, très « vieille France », embauche un nouveau collaborateur. Alors que celui-ci arbore pour son premier jour de travail jeans et baskets, le patron lui donne le conseil suivant : « Observez de près vos collègues, inspirez-vous d’eux… ». Pas de réaction vestimentaire de la part du jeune employé. Quelques semaines plus tard, le patron agacé transmet à sa nouvelle recrue un article intitulé « L’importance de la tenue vestimentaire dans les relations avec la clientèle ». Six mois passent et, bien que l’article soit épinglé au mur du collaborateur, aucun signe de changement n’est en vue. Hors de lui, le patron finit par convoquer le novice dans son bureau, lui faisant part ouvertement de son impolitesse. Le jeune collaborateur, ahuri, ne trouve rien d’autre à rétorquer que « vous auriez dû le dire… Je me suis pourtant acheté deux costumes neufs pour le jour où j’irai en clientèle ! ».

Encore un magnifique exemple du temps et de l’énergie que l’on peut perdre à force de cultiver l’implicite dans l’entreprise. Préférez la franchise aux messages codés, car vos collaborateurs sont susceptibles de ne pas les décrypter comme vous l’entendez !

Conseil n°10 : Contrôlez tout, dans les moindres détails

C’est le syndrome du manager qui a vu grandir son entreprise. « J’ai rencontré un patron qui avait vu passer son entreprise de 5 à 350 collaborateurs, se souvient Jean-Jacques Crèvecœur. Il avait gardé la manie de lire l’ensemble du courrier avant de le transmettre aux collaborateurs concernés. Pas étonnant que ce patron se sente débordé… ». Pour clore son exposé, Jean-Jacques Crèvecœur utilise une dernière métaphore, issue d’un livre de sagesse chinoise : « Le manager est semblable au moyeu d’une roue : il doit rester immobile ». Rester passif, inactif ? Non, bien sûr ! « Mais le manager se doit de rester en dehors du tourbillon des affaires. Sa place est centrale, le point de repère de l’entreprise. Si le moyeu se décentre c’est le chaos ! »

Source : Bizz

Aller en haut