Les comportements que les employés toxiques adorent adopter
5 (100%) 1 vote[s]

employé-toxiqueLes plus gros problèmes en entreprise sont causés par des employés qui semblent faire un travail décent mais qui, en fait, ruinent lentement le moral, l’attitude et le rendement des autres employés et, ce faisant, ruinent également votre entreprise. Explications sur les façons de faire de ces employés toxiques.

Ils adorent les ragots.

Avant une réunion, certains d’entre employés parlaient des superviseurs d’un autre service lorsque le nouveau patron a levé les yeux et a dit : « Arrêtez. A partir de maintenant, nous ne dirons plus jamais rien de mauvais à propos de qui que ce soit, à moins qu’ils ne soient réellement dans la pièce. Point final. »

Jusque-là, les ragots faisaient partie de la culture d’entreprise. Être au centre des ragots cela craignait et les gens qui racontent des ragots craignent aussi.

Si un employé a parlé à plus d’une personne de quelque chose que quelqu’un fait, ne serait-il pas préférable pour tout le monde d’intervenir et de lui en parler directement ? Et si ce n’est pas à lui de parler à la personne, ce n’est certainement pas à lui de parler de cette personne.

« Tu as entendu ce qu’il a fait ? », c’est comme dire : « Je n’ai rien de mieux à faire que de parler des autres. »

Non seulement les employés qui créent une culture de commérages perdent du temps mieux consacré à des conversations productives, mais ils font en sorte que les autres respectent un peu moins leurs collègues, et tout ce qui diminue la dignité ou le respect d’un employé ne devrait jamais être toléré.

Ils aiment utiliser la pression des pairs pour retenir les autres employés.

Un nouvel employé travaille fort. Il travaille de longues heures. Il atteint ses objectifs et dépasse ses attentes. Il finit par entendre, de la bouche d’un employé plus « expérimenté », « Tu travailles trop dur et tu nous fais tous mal paraître. »

Lorsqu’il s’agit de comparaisons, un bon employé ne se compare pas aux autres – il se compare à lui-même. Il veut « gagner » cette comparaison en améliorant et en faisant mieux aujourd’hui qu’hier.

Les employés toxiques ne veulent pas en faire plus ; ils veulent que les autres en fassent moins. Ils ne veulent pas gagner. Ils veulent juste que les autres s’assurent qu’ils ne perdent pas.

« Tu travailles trop dur », c’est comme dire : « Personne ne devrait travailler dur parce que je ne veux pas travailler dur. » Et très bientôt, très peu de gens le font. Ceux qui continuent d’essayer se font évincer pour une qualité que chaque employé devrait possèder.

Ils adorent s’emparer de la gloire.

OK, peut-être qu’il a fait presque tout le travail. Il a peut-être surmonté presque tous les obstacles. Peut-être que, sans lui, cette équipe performante aurait été tout le contraire.

Probablement pas. Rien d’important n’est jamais accompli seul, même si certaines personnes aiment agir comme tel.

Un bon employé et un bon esprit d’équipe partagent la gloire. Il attribue ce mérite à d’autres. Il fait des éloges. Il apprécie. Il laisse briller les autres. C’est particulièrement vrai pour un employé qui occupe un poste de direction – il célèbre les réalisations des autres en sachant que leur succès se reflète bien sur lui aussi.

Dire « J’ai fait tout le travail » ou « C’était mon idée », c’est comme dire « Le monde tourne autour de moi, et je veux que tout le monde le sache ». Et même si d’autres personnes n’adoptent pas la même philosophie, elles n’aiment pas avoir à se battre pour obtenir la reconnaissance qui leur revient de droit.

Ils adorent jeter les autres sous le bus.

Un vendeur se plaint. Un client se sent lésé. Un collègue s’énerve. Peu importe ce qui s’est passé, c’est la faute de quelqu’un d’autre.

Parfois, quel que soit le problème et quelle que soit la personne en cause, certaines personnes interviennent et en subissent les conséquences. Ils acceptent volontiers la critique ou l’abus, parce qu’ils savent qu’ils peuvent y faire face et qu’ils savent que la personne en faute ne peut peut-être pas le faire.

Peu d’actes sont plus désintéressés que de prendre le coup immérité. Et peu d’actes cimentent mieux une relation. Peu d’actes sont plus égoïstes que de dire « Ce n’était pas moi », surtout quand, au moins en partie, c’était moi.

Dire « Tu devras parler à une telle », c’est comme dire « On n’est pas tous dans le même bateau ». Dans les meilleures entreprises, tout le monde est dans le même bateau.

Ils adorent avoir la réunion après la réunion.

Vous avez une réunion. Des questions sont soulevées. Les préoccupations sont partagées. Les décisions sont prises. Toutes les personnes présentes appuient pleinement ces décisions. Il va se passer des choses.

Puis quelqu’un tient la « réunion après la réunion ». Maintenant, il parle de questions qu’il n’a pas partagé lors de la réunion proprement dite. Maintenant, il n’est pas d’accord avec les décisions prises lors de la réunion.

Et parfois, ces gens disent même à leurs équipes : « Écoutez, je pense que c’est une idée terrible, mais on nous a dit de le faire, alors je suppose qu’il faut essayer. Cela signifie que ce qui allait arriver ne se produira jamais.

Attendre après une réunion pour dire « Je ne vais pas soutenir cela », c’est comme dire « Je suis d’accord avec n’importe quoi… mais cela ne veut pas dire que je vais vraiment le faire. Je travaillerai même contre ça. »

Ils adorent dire : « Ce n’est pas mon boulot. »

Plus l’entreprise est petite, plus il est important que les employés s’adaptent rapidement aux priorités changeantes et fassent tout ce qu’il faut, quel que soit leur rôle ou leur poste, pour accomplir les choses.

Même si cela signifie qu’un directeur doit aider à charger un camion ou qu’un machiniste doit nettoyer un déversement de solvant ; ou que le personnel de la comptabilité doit se rendre à l’atelier pour aider à remplir une commande urgente ; ou encore qu’un directeur doit assurer le service à la clientèle.

Toute tâche qu’on demande à un employé d’accomplir – pourvu qu’elle ne soit pas contraire à l’éthique, immorale ou illégale et qu’elle se situe  » en dessous  » de son poste actuel – est une tâche qu’il devrait être prêt à accomplir.

Dire : « Ce n’est pas mon boulot », c’est dire : « Je ne pense qu’à moi. » Cette attitude détruit rapidement le rendement global parce qu’elle transforme rapidement ce qui aurait pu être une équipe cohésive en un groupe dysfonctionnel d’individus.

Conclusion

Les employés toxiques sont à fuir comme la peste, très souvent ils sont égocentriques et égoïstes. Si ce sont des directeurs, cela peut vite devenir de la violence psychologique au travail !