Pourquoi les journalistes ne font-ils jamais de sujets sur le harcèlement moral ?

//Pourquoi les journalistes ne font-ils jamais de sujets sur le harcèlement moral ?

Pourquoi les journalistes ne font-ils jamais de sujets sur le harcèlement moral ?

Pourquoi les journalistes ne font-ils jamais de sujets sur le harcèlement moral ?
Evaluer ce post

LE sujet tabou dans la presse est bien le harcèlement moral au travail. La presse parle, à juste de titre, du harcèlement scolaire et via les réseaux sociaux. Elle aborde le harcèlement domestique et les conjoints qui ont à subir les actes de pervers narcissiques mais quand il s’agit du travail… le sujet devient le burn out ou la dépression !!

1- Augmentation des cas de burn out et de dépression

Dernière preuve en date, la RTBF y va de son article et de cette vidéographie, au demeurant bien réalisée.

Mais pourquoi diable n’est-il pas fait mention du harcèlement moral au travail ?

2-. Différence entre burnout et harcèlement moral

Selon le site du Larousse, le burnout est :

Syndrome d’épuisement professionnel caractérisé par une fatigue physique et psychique intense, générée par des sentiments d’impuissance et de désespoir.

Et le harcèlement moral :

Agissements malveillants et répétés à l’égard d’un subordonné ou d’un collègue, en vue de dégrader ses conditions de travail et de le déstabiliser.

3-. Perversion du mélange entre burnout et harcèlement moral

Il est très pervers de mélanger les deux puisque le harcèlement moral est dû à un facteur EXTERNE qui est les actes d’un harceleur à l’égard d’une ou plusieurs victimes.

Le fait de ne pas mettre les bons mots sur le phénomène engendre un mal être supplémentaire pour le harcelé qui se sent responsable et/ou coupable parce qu’il ne parviendrait pas à gérer sa situation.

4-. Pourquoi donc ce sujet est-il tabou ?

Divers témoignages de personnes harcelées qui ont voulu saisir la presse relatent s’être heurtés à des portes closes. Pourquoi ? Voici des hypothèses :

a. La crainte

Le secteur public n’est pas épargné par le harcèlement et qui dit secteur public dit politisation. Pensez que les journalistes n’ont pas intérêt à se mettre à dos des personnalités politiques au moins pour deux raisons :

  • recevoir des informations et être invités à des évènements
  • la presse quotidienne est allègrement subsidiée et ne serait, sans doute plus viable sans ces subsides

b. L’incompréhension

Les sujets de harcèlement sont difficiles à traiter et très complexes. Faire un article ou un reportage sur une situation précise est très compliqué parce que le phénomène du harcèlement étant constitués de choses plus ou moins importantes répétitives il est assez difficile à prouver.

Mais même quand les dossiers sont solides, les conseillers en prévention se refusent de conclure au harcèlement moral. Nous avons vu pourquoi !

Pour comprendre les mécanismes du harcèlement moral au travail, il faut souvent, soi-même avoir été harcelé !

c. Cet horrible doute

Les personnes qui n’ont pas connu le harcèlement moral qui ce soit en qualité de victime ou de proche d’une victime ne comprennent pas le sujet (cela vaut pour les conseillers en prévention).

La victime est donc suspectée. Ne l’a-t-elle pas cherché ? N’est-elle pas tout simplement incompétente ? Ne fait-elle pas cela pour être en arrêt de travail ?

On se retrouve un peu dans le mécanisme pervers où les femmes qui portent des jupes soi-disant trop courtes auraient cherché à se faire violenter !!

5-. Appel

Mesdames et messieurs les conseillers en prévention, mesdames et messieurs du SPF emploi, Mesdames et messieurs les employeurs, le harcèlement moral au travail représente une souffrance immense pour les victimes mais aussi un coût énorme pour la société et les employeurs.

Vous êtes tenus d’y faire mettre un terme. Posez-vous la question de votre utilité à la lecture des chiffres de la vidéographie !!!

2018-01-28T18:08:18+00:00janvier 20th, 2016|chiffres|