Quand vous êtes harcelé, vous êtes une cible désignée. La communication du harceleur est étudiée. Voici quelques exemples

Le harceleur ne veut communiquer qu’oralement

Le harceleur quand il communique veut éviter toute trace des ses exactions. Il privilégie donc la communication orale. Tout échange par écrit finira donc par une phrase du style :

Je relis vos derniers mails, et vous me semblez en difficulté vis-à-vis de certains xxxx, de certains collègues et de moi-même. Voulez-vous que nous nous rencontrions ?

Nous avons échangé de nombreux mails et je pense que nous avons épuisé les possibilités offertes par ce mode de fonctionnement. Pour pouvoir avancer de manière constructive, je vous propose une nouvelle fois de nous rencontrer.

Si vous êtes harcelé, vous devez surtout éviter ce genre de proposition. Mais soyez sûr que cela vous sera reproché ultérieurement de ne pas avoir voulu dialoguer.

Néanmoins, dans de nombreux cas, un piège vous sera tendu lors de cet entretien. Cela peut prendre plusieurs formes : la présence surprise de certaines personnes, des provocations, des brimades, etc.

Le harceleur reste vague dans ses propos

Autre caractéristique de la communication du harceleur, c’est de rester vague. Il va vous rendre responsable de votre propre souffrance :

« je pense que vous vous trompez sur une série de points et que cela vous fait un tort inutile.

En résumé, il va profiter de votre détresse pour vous amener à vous affaiblir davantage. En effet, chaque personne harcelée se demande pourquoi elle l’est. La question de sa propre responsabilité vient à son esprit à un moment ou un autre. Cela fait partie de la panoplie d’outils du harceleur. Plus il parviendra à vous faire douter de vous, plus vous vous enfoncerez.

A cette phrase, la personne harcelée à répondu :

Je suis donc tout ouï pour avoir votre avis sur les points dans lequel je serais dans l’erreur.

Ce qui nous amène au type de communication suivant …

Le harceleur ne répond pas à certaines questions ou demandes

A cette demande bien légitime puisque comme le dit l’adage : « Vous en avez dit trop ou pas assez », le harceleur n’apportera pas de réponse. En agissant comme cela il laisse la personne dans l’expectative et l’insécurité… avec une question lancinante:

En quoi pourrais-je me tromper ?

Autre exemple, vous avez besoin de matériel pour faire votre travail correctement. Une procédure existe pour demander du matériel. Celle procédure implique que votre direction marque son accord. Vous envoyez le document, la direction vous propose une alternative qui ne vous est d’aucune aide. Quand vous lui signalez que ce n’est pas ce dont vous avez besoin, plus de réponse.

Troisième exemple : vous avez une demande justifiée par la médecine du travail à cause d’un problème de santé. La demande ne sera pas prise en compte par votre harceleur. Au contraire, vous découvrirez que des actions sont mises en place allant à l’opposé de ce que la demande incluait.

Faire tourner les reproches en boucle

Quand à force de demandes dans vos communications avec le harceleur, vous aurez pu obtenir que l’on vous fasse un reproche basé sur du concret. Vous allez légitimement essayer de vous en défendre.
Dans presque tous les cas, le harceleur va immédiatement dévier sur un autre reproche.. vous vous défendrez à nouveau, et puis viendra un encore un autre, etc … et vous remarquerez qu’il reviendra au premier .. parce qu’il se moque de ce que vous aurez avancé pour vous en défendre.

Le but est de vous faire perdre du temps et de l’énergie à vous disculper.

Le harceleur utilise d’autres personnes pour vous nuire

Quoi de mieux pour un harceleur que de se manipuler des personnes avec qui vous êtes en contact sur votre lieu de travail pour vous nuire.

  • Si vous êtes enseignant, cela peut être des étudiants, des parents d’élèves, un inspecteur, …
  • Si vous travaillez en entreprise, cela peut être des clients, des fournisseurs, …
  • Si vous êtes fonctionnaire, cela peut être le public, le cabinet politique dont vous dépendez, …
  • Dans toutes les situations, cela peut aussi être des collègues qui seront heureux de bien de faire voir de la direction en vous nuisant. Au passage il est probable qu’ils en tireront quelques avantages personnels.

Le harceleur ne fait pas respecter les textes ou règlement

communication-harceleur Dans toute organisation sociale, il y a des règles afin que la co-existence se passe bien. Un des principes fondateurs d’une démocratie est l’égalité face à la loi. Et bien, si vous êtes harcelé, vous pouvez être sur que :

  • d’une part vous aurez droit à des remarques ou des réprimandes parce que vous n’aurez pas respecté telle ou telle façon de faire alors que dans certains cas ce n’est même pas une règle;
  • d’autre part, quand vous êtes victime de comportements déplacés, vos responsables n’y verront rien d’anormal et vous laisserons exposé.

Voici quelques exemples de communication venant d’une harceleuse :

1-. Vous vous faites insulter ou diffamer en commentaires sur un site Internet lié à votre travail. Commentaire de votre hiérarchie :

On peut facilement imaginer qu’une capture d’écran apportée par un tiers ne va pas suffire à la police pour déclencher une action.

L’adresse IP permet d’identifier le responsable. Mais seule la police peut demander au fournisseur d’accès à Internet de savoir de qui provient le message insultant.

2-. Une collègue agit de façon totalement non déontologique au détriment d’un tiers (que nous appellerons victime ci-dessous). On essaie de faire comprendre à ce tiers que sa situation a été causée par votre incompétence.

Voici les réponses données à une demande d’action :

Je ne vois pas à quoi vous voudriez que je vous réponde.

…pas une seule fois vous ne lui dites de venir me trouver ou d’essayer de prendre contact avec vos collègues concernés pour tirer au clair ce qui s’est joué entre eux, en coupant court à ses plaintes.

Je vous ai proposé de me rencontrer, …; mais en fait, vous m’envoyez encore des mails qui rapportent des conflits qui ont l’air de se régler par xxxxx interposés, ce qui me semble extrêmement malsain.

Vous remarquerez que l’on est ici en présence cumulée des différents artifices utilisés :

Vous faire des reproches non justifié. Voilà ce que la personne visée avait répondu quand elle a été informée de la situation :

Je suis en voiture, je te réponds plus tard.

Il est évident que cela coupe court à la conversation.

Voilà le message qui est venu immédiatement après celui-là :

je vais faire le suivi de ce que tu m’a expliqué auprès des responsables

Quoi de plus logique que d’en avertir sa hiérarchie quand on est face à un dysfonctionnement. Malgré cette façon d’agir tout à fait responsable, il est fait le reproche à la personne harcelée qu’elle aurait dû dire directement à la victime de prendre contact.

Soyez sur qu’alors il aurait été reproché de ne pas avoir servi d’intermédiaire ou que si la prise de contact avait été directe sans que la personne harcelée  n’ait été informée, la manipulation se serait poursuivie afin de rendre la personne harcelée responsable de la situation de la victime.

Conclusion

Le but est de vous faire douter de vous, de vous faire culpabiliser et de ne vous laisser entrevoir aucune issue.

Il est aussi essentiel pour la personne harceleuse de trouver des supports volontaires ou involontaires pour ses basses besognes.

Essayez de reconnaître ces formes de communication constitutives de harcèlement et essayez de vous en protéger.