La psychologie sociale et harcèlement
5 (100%) 2 votes

Avoir recours à la psychologie sociale pour comprendre le comportement humain du cyber harcèlement est intéressant. Les harceleurs numériques ne ressemblent pas forcément aux harceleurs tels que nous les imaginons. Le cyberharcèlement est le terme utilisé pour différencier ce nouveau type d’intimidation de la version face à face. Ces deux formes de harcèlement vont souvent de pair, mais elles peuvent aussi être très différentes. Voyons sous l’œil de la psychologie sociale comment les facteurs sociaux liés au cyberharcèlement et le harcèlement traditionnel.

Qu’est-ce que la psychologie sociale ?

La psychologie sociale est une discipline qui utilise des méthodes scientifiques pour comprendre et expliquer comment les pensées, les sentiments et le comportement des individus sont influencés par la présence réelle, imaginée ou implicite des autres êtres humains.

Essentiellement, parmi le vaste domaine des sciences humaines et sociales, la psychologie sociale consiste à comprendre comment l’analyse comportementale individuelle de chaque personne est influencé par l’environnement social dans lequel ce comportement a lieu.

Vous réalisez probablement déjà que d’autres personnes peuvent avoir une influence dramatique sur votre façon d’agir et vos choix. Réfléchissez à la façon dont vous pourriez vous comporter dans une situation si vous étiez tout seul par rapport à d’autres personnes dans la pièce. Les décisions que vous prenez et les comportements que vous adoptez peuvent dépendre non seulement du nombre de personnes présentes, mais aussi de votre entourage. Par exemple, il est probable que votre comportement soit très différent lorsque vous êtes entouré d’un groupe d’amis proches que lorsque vous êtes entouré d’un groupe de collègues ou de superviseurs du travail.

La psychologie sociale se penche sur un large éventail de sujets sociaux, y compris :

  • Comportement du groupe
  • Perception sociale
  • Leadership
  • Comportement non verbal
  • Conformité
  • Agressivité
  • Préjugés

cyberharcelement

Profil social et stéréotypes des cyberharceleurs

Le stéréotype de l’intimidateur traditionnel est souvent dépeint dans les médias. En général, l’intimidateur est dépeint comme un homme, physiquement gros et intimidant, impulsif, peu intelligent, peu capable de faire face, mal élevé et peut-être issu d’un groupe socio-économique faible, bien qu’il y ait aussi un groupe d’intimidateurs souvent considéré comme riche ou privilégié.

Il y a aussi eu des représentations d’une femme intimidatrice qui est habituellement attirante physiquement, populaire et socialement consciente et qui se livre à de l’intimidation verbalement agressive envers ceux qu’elle perçoit comme étant en dehors de son cercle social.

Le cyberharcèlement ne répond généralement pas à cette attente. La psychologie sociale nous apprend que les cyberharcèleurs sont souvent très intelligents, ont une éducation de classe moyenne et peuvent être considérés comme très bien élevés dans le monde réel. Cependant, les cyberintimidateurs ont tendance à avoir de faibles capacités d’adaptation et des problèmes d’impulsivité pour lesquels leurs homologues du harcèlement traditionnel sont connus. Le cyberharcèlement n’est entrée dans la conscience collective qu’au cours de la dernière décennie. Au fur et à mesure que la cyberintimidation devient de plus en plus répandue, une conception plus cohérente de ce type de personne peut devenir plus évidente.

Souvent, le profil social des cyberintimidateurs est semblable au stéréotype des victimes traditionnelles d’intimidation : physiquement petits, faibles, socialement maladroits, de statut socioéconomique inférieur, intelligents, bien élevés, etc.

Le profil des cyber harcelés en psychologie sociale

La recherche a montré que ceux qui se livrent à le cyberharcèlement sont souvent victimes d’intimidation traditionnelle. En même temps, les victimes traditionnelles d’intimidation sont également plus susceptibles d’être victimes d’abus en ligne. En d’autres termes, les victimes traditionnelles d’intimidation sont susceptibles d’être à la fois victimes et auteurs de cyberharcèlement.

Il existe également un débat sur les différences entre les sexes parmi les victimes de cyberharcèlement. Les hommes sont généralement plus susceptibles de se livrer à des formes traditionnelles d’intimidation physique agressive, à la fois comme agresseurs et comme victimes.

Les garçons et les filles sont tout aussi susceptibles d’être victimes de cyberharcèlement. Toutefois, s’ils signalent des symptômes dépressif, les élèves de sexe masculin sont plus de huit fois plus susceptibles d’être victimes de cyberintimidation.

Justification du cyberharcèlement : l’anonymat

Les cyberintimidateurs ont tendance à utiliser l’anonymat comme une forme de justification, se convainquant qu’il est acceptable de se moquer des gens qu’ils ne connaissent pas. En écrivant des messages haineux et en ne faisant pas face à ceux qu’ils attaquent, on crée un fossé émotionnel. C’est comme si les gens ignoraient les conséquences de ce qu’ils ont écrit et envoyé lorsqu’ils ne sont pas en face à face.

Il existe une dissonance cognitive entre ce qui est acceptable en personne et ce qui est acceptable en ligne ou dans l’anonymat. La dissonance se manifeste également dans la façon dont les sociétés se concentrent sur le fait que le harcèlement est une erreur, comme le démontre le nombre de campagnes et de lois contre le harcèlement qui ont été promulguées, mais qui dépeignent et acceptent aussi le harcèlement comme un rite inévitable de passage et de développement. Les agresseurs peuvent obtenir une attention positive de leurs pairs ou en ligne pour leurs actions. Les intimidateurs peuvent justifier leurs actes en se fondant sur cette rétroaction ou sur le fait qu’ils ne font que dire la vérité, même si cela peut blesser quelqu’un.

Le cyberharcèlement est considérée comme particulièrement susceptible de se produire en raison de son facteur d’anonymat. La prévalence de la cyberintimidation est souvent attribuée à l’anonymat relatif d’Internet, du fait que les délinquants potentiels sont capables de masquer leur identité et d’éviter de se faire prendre. Cela permet aux gens d’adopter des comportements qu’ils n’adopteraient pas normalement.

Les cyberintimidateurs ont tendance à favoriser les sites  qui permettent l’inscription anonyme. Les cyberintimidateurs n’ont pas besoin de voir la réaction de leur victime, ils sont plutôt renforcés par leurs actions ou en imaginant la réaction d’une victime, mais ce n’est toujours pas la même chose que d’être témoin des réactions de la victime.

L’éloignement raison du manque d’empathie ?

Pour cette raison, l’idée traditionnelle d’ignorer l’intimidation n’est pas toujours efficace. Les experts en sécurité notent que l’éloignement du aux interactions en ligne réduit les inhibitions qui, autrement, empêcheraient les individus de se livrer à cette agression. L’absence d’une relation interpersonnelle physique enlève des barrières. L’intimidateur évite d’avoir à être témoin des effets de le cyberharcèlement où la victime ressent des émotions comme la colère, l’impuissance, la tristesse et la peur, ce qui lui donne un sentiment de pouvoir, mais lui permet aussi de se déconnecter émotionnellement de la victime.

Tout porte à croire que le cyberharcèlement peut aussi être moralement déconnectée. En ce qui concerne la moralité, l’invisibilité potentielle de la victime pourrait être une caractéristique spécifique de la cyberintimidation dont il est important de tenir compte. Grâce à l’utilisation de formes électroniques de contact agressif (smartphone, Internet), il y a une probabilité accrue que l’intimidateur ne constate pas directement l’impact émotionnel de ses actes sur la victime. En raison de cette absence de contact direct, on a émis l’hypothèse que la cyberintimidation pourrait faciliter la tâche de l’intimidateur à la fois d’agir immoralement sans se sentir coupable et d’appliquer des stratégies cognitives pour se dissocier de sa responsabilité morale. Ainsi, le contact indirect permet la dissociation émotionnelle et morale.

La psychologie sociale montre le lien avec l’éducation

La plupart des règles culturelles et de conduite sont transmises des parents à l’enfant. L’acceptabilité de l’intimidation peut être brouillée si les parents se livrent à l’intimidation ou encouragent leurs enfants à le faire. Plusieurs cas de cyberintimidation très médiatisés ont montré que les parents étaient directement impliqués dans des actes blessants.

Des recherches ont montré que les parents qui participent aux disputes en ligne de leurs enfants peuvent continuer les activités agressives longtemps après que leurs enfants se soient réconciliés. Les éducateurs signalent que les parents qui auraient pu discuter de problèmes avec les parents d’un autre enfant face à face dans le passé envoient maintenant des réponses immédiatement par écrit par l’intermédiaire des médias sociaux. Là encore, la dissonance entre le face à face et la pertinence en ligne entre en jeu. Les parents sont plus susceptibles d’utiliser un langage agressif avec quelqu’un qu’ils n’ont jamais rencontré.

Les parents n’attaquent pas seulement les autres parents, ils attaquent parfois les pairs de leurs enfants. Des parents peuvent « enseigner » à leurs enfants que le cyberharcèlement est acceptable.

La législation anti cyberharcèlement

Le législateur doit prendre en compte les risques psycho-sociaux. Mais paradoxalement, nous voulons être protégés des autres, mais nous voulons aussi avoir notre liberté d’expression et notre anonymat. L’anonymat est perçu comme un droit par beaucoup, en particulier l’anonymat dans les communications Internet. Les gens sont autorisés à interagir de façon pseudonyme et anonyme tant que ces actes ne sont pas contraires à la loi.

Les représentations sociales et l’effet de groupe

Un autre aspect social du cyberharcèlement traditionnel et de la cyberintimidation est de savoir comment un seul antagoniste peut faire démarrer un groupe entier de personnes. Certains chercheurs ont suggéré que le harcèlement est un phénomène de groupe. Ils ont divisé les relations humaines dans le harcèlement traditionnel en tant que phénomène de groupe en plusieurs parties. Il y a:

  • le harceleur et la victime,
  • l’assistant, qui n’est pas à l’origine de l’intimidation, mais qui suit l’agresseur et se joint aux attaques,
  • l’agent de renfort, qui soutient l’intimidateur par des commentaires, des rires et des encouragements,
  • des membres du groupe qui peuvent aider la victime, le défenseur,
  • les témoins ou qui sont au courant des attaques mais qui ne se joignent pas à l’attaque ou n’aident pas la victime.

Ils suggèrent que la cyberintimidation a essentiellement la même dynamique de groupe. Cependant, tout comme l’anonymat augmente les attaques potentielles, il augmente aussi le nombre de défenseurs potentiels. En ligne, les gens sont plus susceptibles de s’exprimer contre un intimidateur ou de défendre la victime parce que le message ne peut être retracé.

Un intimidateur peut user de persuasion pour amener les autres à penser que la victime mérite exactement ce qu’elle reçoit. Très souvent, peut-être à cause des stéréotypes et des médias, on pense que les intimidateurs travaillent en meute et qu’ils ont généralement une hiérarchie de direction.

Très souvent, les suiveurs savent que ce qu’ils font est mal et se sentent coupables. Mais, comme dans l’expérience de Milgram, leur peur de l’intimidateur, la doublure de l’autorité, les a poussés à commettre des actes qu’ils ne commettraient pas normalement. Cet argument ne s’applique pas à tous les cas, mais il a été démontré qu’il s’est produit dans un certain nombre de situations.

Dans un environnement en ligne où les gens peuvent se trouver dans différentes parties du monde et ne jamais avoir de contact, les messages postés par une personne peuvent encourager d’autres personnes à participer. L’analyse de données a montré que lorsqu’un commentaire négatif ou harcelant est affiché sur le compte d’une personne, d’autres le suivent rapidement.

Les personnes identifiées comme trolls ont tendance à avoir des types de personnalité et des attributs semblables à ceux des brutes traditionnelles, notamment un comportement antisocial et la psychopathie. En raison de ce type de comportement, des pays ont adopté des lois contre les messages qui sont grossièrement offensants ou de caractère indécent, obscène ou menaçant.

Le cyberharcèlement prolongation du harcèlement moral

Le cyberharcèlement n’est pas toujours anonyme, en particulier lorsqu’il s’agit de groupes de pairs associés hors ligne. Dans ces cas, l’intimidation en ligne a tendance à être secondaire par rapport au harcèlement traditionnel qui se produit.

Les témoins sont souvent présents pendant des faits de harcèlement classique et peuvent avoir un impact sur l’issue de la situation par leurs comportements ou leurs actions en tant que participants actifs ou passifs. Malgré la présence importante de témoins de harcèlement traditionnel, on sait peu de choses sur leur réaction dans ces situations. Il semble que la majorité des témoins de harcèlement traditionnel encouragent ou maintiennent le comportement par leurs actions dans ces situations. Les témoins de cyberintimidation ont une présence virtuelle et largement anonyme. Le nombre potentiellement illimité de spectateurs qui peuvent être témoins de ce comportement suggère que le rôle des spectateurs peut être particulièrement important pour prévenir et réduire la cyberintimidation. Cependant, la capacité des témoins d’intervenir dans la cyberintimidation est souvent limitée par les circonstances. Par exemple, si un site Web accessible au public peut permettre aux spectateurs d’être présents et augmenter leur probabilité d’intervenir. Cependant, si l’intimidateur a un accès privé direct à la victime (p. ex. courriels, messagerie instantanée, etc.), les témoins sont moins susceptibles d’être présents et ont la capacité d’aider. Il y a aussi des limites à la probabilité que les témoins aident réellement une victime. Pour ce qui est de l’attribution, si les témoins perçoivent les victimes de cyberintimidation comme étant coupables de ce qu’ils vivent, ils peuvent être moins susceptibles de leur offrir une aide.

Identité sociale et effet de groupe

Les faits suggèrent que certains enfants sont victimes de harcèlement parce qu’ils ne sont pas perçus comme faisant partie du groupe. La théorie de l’identité sociale postule qu’un sentiment d’identité sociale positive est lié à une estime de soi positive. La recherche dans ce domaine démontre le rôle de l’identité sociale en ciblant les personnes à exclure et en expliquant comment les harceleurs identifient leurs victimes. Cet accent mis sur l’explication de l’intimidation comme comportement de groupe a été productif et soulève la question de l’appartenance au groupe et de l’identité sociale du point de vue de l’individu intimidé.
Les menaces qui pèsent sur l’identité sociale menacent l’estime de soi et, par conséquent, les individus sont motivés à défendre leur identité sociale. Les chercheurs accordent également une attention croissante à l’ostracisme et à l’exclusion sociale, ce qui démontre la prévalence et les conséquences néfastes pour les individus qui sont exclus par des groupes désirables.

Même lorsque l’inclusion exige plus d’efforts que l’exclusion, l’inclusion semble toujours plus souhaitable que l’exclusion. Il semble que l’ostracisme ou l’exclusion pourrait être soit l’antécédent ou la conséquence du harcèlement, soit les deux. Il semble y avoir des preuves que l’expérience d’une personne qui a été mise au ban de la société à la suite d’un acte de harcèlement est une expérience d’ostracisme. Si une victime se voit refuser l’accès à une identité sociale positive, on peut prévoir que son niveau de détresse sera élevé.

Par son conformisme, un groupe peut donner une légitimité au harcèlement, qu’il soit traditionnel ou sur Internet, surtout si il est utilisé comme moyen d’améliorer le statut et le pouvoir du groupe. La prémisse de la théorie de l’identité sociale et son élaboration plus récente, la théorie de l’auto-catégorisation, est que l’appartenance à un groupe ou à une catégorie sociale procure à ses membres un sentiment d’identité sociale qui non seulement décrit ses membres mais prescrit également des comportements appropriés.

Les normes de groupe peuvent exprimer des aspects importants d’une identité et on s’attend généralement à ce que les membres du groupe soient motivés à se comporter conformément à ces normes. Donc, si une personne veut s’identifier à un groupe parce qu’il est populaire ou puissant, elle trouvera un rôle à jouer au sein de ce groupe. Ce rôle définira les actions de l’individu. Comme de nombreux experts l’ont suggéré, le harcèlement est une activité de groupe et, par conséquent, établit certains rôles au sein d’un groupe ou d’une société que les individus doivent remplir. L’individu remplit ce rôle afin de se promouvoir au sein du groupe et de faire progresser le groupe dans son ensemble. L’application de la théorie de psychologie sociale de cette manière a été utilisée pour expliquer comment les gangs se forment.

Dans le contexte de l’intimidation traditionnelle et de la cyberintimidation, la recherche suggère que de nombreuses victimes perçoivent qu’elles sont au moins en partie responsables ou à blâmer pour leur expérience et suggère qu’il existe certains éléments de contrôlabilité de la situation. La perception peut être en partie due à l’identité sociale. Tout comme les membres du groupe jouent un rôle dans le contexte de l’intimidation, il a été suggéré que la victime en fait autant. Le groupe d’intimidation projette le rôle de victime sur une personne en particulier, créant ainsi un rôle social pour cette personne. Il est difficile de penser que quelqu’un accepte un rôle de victime, mais la réalité est que certaines personnes y voient leur rôle d’identité sociale. Il n’est donc pas surprenant que les personnes qui s’identifient comme victimes et qui méritent d’être punies signalent également des niveaux élevés de dépression, une faible estime de soi et une faible perception de soi.

L’idée qu’une personne se fait d’elle-même, en ce qui concerne l’intimidation, semble dépendre du degré auquel elle a été victime d’intimidation. Les études actuelles appuient la théorie selon laquelle le fait d’être victime de toute forme d’intimidation a un impact négatif sur la façon dont les élèves perçoivent leur apparence physique, leurs capacités intellectuelles et leur statut social.

Les victimes d’intimidation, tant traditionnelles que numériques, aient généralement moins d’estime de soi que les non-victimes. Les théoriciens soutiennent généralement que l’estime de soi comporte plusieurs attributs, mais deux en particulier semblent fondamentaux et impliquent des sentiments de compétence personnelle et d’affection pour soi. Des études antérieures ont montré que le cyberharcèlement a amené les adolescents à se sentir seuls, sans défense et déprimés, ainsi qu’à diminuer leurs résultats scolaires et à augmenter les comportements à risque tels que la consommation d’alcool tout en ressentant une détresse psychologique due au cyberharcèlement.

Bien qu’une estime de soi élevée soit associée à l’intimidation traditionnelle, elle ne semble pas être en corrélation avec le cyberharcèlement.

Internet et les narcissiques

Les personnes ayant certains traits de personnalité narcissiques ont de la difficulté à contrôler leur dépendance à Internet, ce qui s’est traduit indirectement par du cyberharcèlement. Essentiellement, le narcissisme augmente la probabilité d’une dépendance à Internet, ce qui peut mener à l’affichage de commentaires d’intimidation ou d’autres documents incendiaires en ligne.
Beaucoup de gens assimilent un comportement antisocial à l’estime de soi, mais en réalité, la recherche en psychologie montre qu’une estime de soi élevée est fortement corrélée à un comportement antisocial comme l’intimidation. Bien sûr, le fait d’être en corrélation ne signifie pas qu’il y ait un lien de causalité, mais que les deux se produisent souvent ensemble. En d’autres termes, les intimidateurs ont souvent une grande estime de soi. De même, une estime de soi élevée est également associée à la dépression.
L’utilisation prolongée d’Internet et des sites de réseautage social entraîne une augmentation des sentiments de dépression et de solitude, car elle commence à isoler les adolescents de leurs amis dans un contexte social face à face. Comme la frontière entre les mondes en ligne et hors ligne devient de plus en plus entrelacée, les adolescents peuvent commencer à se demander où sont vraiment leurs amis sur leur liste d’amis sur leur site de réseautage social ou à l’école.